Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

Le Caucus des maires des grandes villes de la FCM rencontre des ministres fédéraux pour discuter d’économie et d’actions pour le climat (19/10/2016)

Les maires des grandes villes du Canada ont rencontré aujourd'hui les ministres fédéraux des Finances, de l'Environnement et de l'Infrastructure afin de discuter de la façon dont les villes peuvent aider le gouvernement a mener son ambitieux programme pour les infrastructures vertes, pour les infrastructures sociales et pour l'économie. Ces rencontres se déroulent au moment où le gouvernement fédéral prépare une importante mise à jour économique cet automne et s'apprête à prendre les décisions qui détermineront la conception de la phase 2 de son plan d'infrastructure de 60 milliards de dollars.

« Ce gouvernement doit réaliser cette vaste entreprise en partenariat avec les villes afin que ses investissements ambitieux produisent la croissance, la réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) et l'amélioration de la qualité de vie qu'il a promis aux Canadiens », a affirmé Don Iveson, maire d'Edmonton et président du Caucus des maires des grandes villes de la FCM.

Le partenariat a été au centre des discussions avec les trois ministres, au cours desquelles les maires ont eu des échanges productifs, et en particulier avec la ministre McKenna, sur les moyens d'atteindre les objectifs du Canada en matière de changements climatiques.  

« Nous nous réjouissons de la ratification de l'Accord de Paris par le Canada. Il représente pour nous une étape du réengagement du gouvernement fédéral dans la lutte contre les changements climatiques. Je peux vous affirmer que les villes sont prêtes à concrétiser l'optimisme qui a régné à Paris en mesures concrètes sur le terrain», a dit M. Iveson.

Au Canada, les villes influent directement et indirectement sur plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre (GES) et utilisent des pratiques vertes novatrices qui servent déjà de modèles au Canada dont le chauffage communautaire, les améliorations écoénergétiques de bâtiment et les transports collectifs. Aujourd'hui, certaines des possibilités les plus prometteuses pour réduire les émissions de GES résident dans l'intensification de ces innovations municipales.  

« Soutenues par les investissements fédéraux, les villes pourront passer des prototypes à la production, et ainsi réaliser l'expansion de réseaux de transport et les autres infrastructures vertes qu'elles projettent. Nous avons l'expérience, nous avons la compétence et nous pouvons mener ces projets de façon rentable - et en veillant à répondre aux besoins locaux, à favoriser la croissance économique et à bâtir des villes plus agréables et concurrentielles », a dit M. Iveson.

Les maires ont aussi maintenu leur demande d'investissements pour résoudre la crise du logement abordable au Canada au moyen d'une réserve ciblée à même le Fonds de l'infrastructure sociale de la phase 2.  

« Les logements sécuritaires et abordables sont le fondement des villes où il fait bon vivre, et ils réduisent la pression sur les autres services sociaux, comme les soins pour enfants, la santé et l'éducation. À l'heure actuelle, le gouvernement a l'occasion d'agir, et il doit la saisir pour affecter les investissements nécessaires pour résoudre la crise du logement », a soutenu M. Iveson.

Les maires ont souligné encore une fois aujourd'hui que l'édification du pays passe par l'édification des villes. Des investissements simplifiés sont ce que souhaitent les villes, car elles sont prêtes à appliquer les solutions locales qui permettront de relever les défis nationaux - comme désengorger les rues, créer des emplois, réduire les émissions de GES et s'attaquer à la crise du logement.                                                                  

Renseignements : Pam Foster, Relations avec les médias, pfoster@fcm.ca, 613-907-6298.

Mise à jour : 19/10/2016