Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant

La présidente de la FCM et le président du caucus des maires des grandes villes réagissent au lancement des négociations sur les infrastructures (06/07/2017)

La présidente de la FCM, Jenny Gerbasi, et le maire Don Iveson, président du caucus des maires des grandes villes de la FCM, ont émis la déclaration suivante à l'occasion du lancement des négociations fédérales-provinciales-territoriales pour la phase 2 du plan d'infrastructure fédéral et de la publication de la prise de position fédérale à l'égard des négociations des ententes bilatérales.

« La dernière année a été très fructueuse pour les municipalités à l'échelle nationale. Le budget fédéral de 2017 a prévu des investissements sans précédent pour l'avancement des priorités locales, des investissements qui peuvent transformer nos villes et nos collectivités et améliorer la qualité de vie des Canadiens. Mais pour obtenir les résultats escomptés, ces investissements devront être soutenus par un solide partenariat entre tous les ordres de gouvernement.

Les négociations relatives aux ententes bilatérales sur les infrastructures lancées aujourd'hui détermineront si cette possibilité de renforcer les villes et les collectivités canadiennes sera optimisée ou limitée. Si elles mènent à l'optimisation recherchée, les négociations renforceront le pays avec des réseaux de transport collectif, des routes rurales, des systèmes de traitement d'eau et d'autres infrastructures pour les prochaines générations.  

Le gouvernement fédéral doit faire preuve de leadership en mobilisant les provinces en tant que partenaires financiers à part entière et en collaborant avec le secteur municipal dans la conception de programmes efficaces. Il devra veiller, en particulier, à ce que les projets d'infrastructure soient facilités par un partage de coûts complet et équitable. Le gouvernement fédéral a offert une participation de 40 % et exigé une participation provinciale de 33 % pour les projets municipaux, ce qui montre qu'il comprend que les limites financières des municipalités ne doivent pas entraver les projets. Maintenant, c'est au tour des provinces de démontrer leur leadership en égalant la participation fédérale. Voilà pourquoi la FCM recommande un partage de coûts de 40 % pour le gouvernement fédéral, 40 % pour le gouvernement provincial et 20 % pour les gouvernements municipaux.

Nous voulons aussi plus de précisions sur le financement fédéral pour les infrastructures vertes qui sera réservé aux gouvernements municipaux. Nous nous réjouissons que le gouvernement fédéral ait indiqué qu'il s'attend à un bon équilibre entre les projets municipaux et provinciaux dans toutes les sources de financement, y compris les projets portant sur les infrastructures vertes. Il sera crucial que cet équilibre soit atteint dans les ententes bilatérales finales et dans la mise en œuvre des nouveaux programmes de financement.

Les négociations bilatérales sur les infrastructures doivent aussi optimiser les investissements dans les collectivités rurales, nordiques et éloignées. Nous ne ménagerons aucun effort pour nous assurer que les collectivités rurales pourront accéder à toutes les sources de financement de la phase 2. Les municipalités devront aussi travailler en partenariat avec leurs associations provinciales et territoriales afin de définir les limites de population admissibles au fonds Infrastructure collectivités rurales et nordiques. 

Le plan d'infrastructure à long terme mis de l'avant grâce aux nouveaux investissements fédéraux représente une occasion comme il ne s'en présente qu'une fois par génération pour façonner l'avenir du Canada. Avec ce plan, nous pourrons avoir des villes et de collectivités plus agréables et de provinces plus concurrentielles. Tous les ordres de gouvernement doivent travailler ensemble, car c'est ce qui assurera aux Canadiens les changements tant attendues. »

Renseignements : 

Relations avec les médias de la FCM, 613-907-6395, media@fcm.ca

Mise à jour : 06/07/2017