Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant
Fonds municipal vert

Le gouvernement du Canada et la FCM soutiennent la mise à l'essai de méthodes de remise en état sur place du site contaminé de Greenwich Mohawk (22/06/2015)

Pile of contaminated soil

Les biopiles comme celle-ci utilisent l'oxygène présent dans l'air pour favoriser la croissance des bactéries aérobies qui s'attaqueront ensuite aux contaminants pétroliers contenus dans le sol.

Brantford (Ont.) – Phil McColeman, député de Brant, au nom de l'honorable Greg Rickford, ministre des Ressources naturelles du Canada et ministre de l'Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario, et Raymond Louie, président de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et maire suppléant de la Ville de Vancouver (C.-B.), ont annoncé aujourd'hui l'octroi d'une subvention de 175 000 $ du Fonds municipal vertMC à la Ville de Brantford. La Ville utilisera cette subvention pour mettre à l'essai des techniques de remise en état sur place d'un site contaminé de 20 hectares. 

« Je suis fier que notre gouvernement continue de soutenir concrètement les efforts déployés à l'échelle locale pour nettoyer le site contaminé de Greenwich-Mohawk afin que la collectivité puisse l'utiliser de manière productive, a déclaré le député Phil McColeman. Ce financement constitue une autre étape importante du processus de rétablissement et de revitalisation du District de Greenwich-Mohawk Lake. » 

« Le Fonds municipal vert offre tout un éventail de ressources et de services conçus spécialement pour répondre aux besoins des gouvernements municipaux en matière de développement durable, a affirmé M. Louie. Le financement et le savoir-faire assurés par le Fonds permettent de soutenir le développement de collectivités plus durables sur le plan environnemental, social et économique. »Une précédente évaluation du site financée par le FMV a révélé que celui-ci était extrêmement contaminé, conséquence des activités industrielles qui s'y étaient déroulées par le passé. La Ville mettra à l'essai trois méthodes très différentes de traitement sur place (in situ) de 1000 mètres cubes de sols et d'eaux souterraines contaminés : 

  • La technique des biopiles, système en surface qui utilise l'oxygène, généralement celui contenu dans l'air, pour stimuler la croissance et la reproduction de bactéries aérobies. Ces bactéries dégradent ensuite les contaminants organiques pétroliers présents dans le sol.
  • La technique du barbotage sera utilisée pour traiter les eaux souterraines renfermant des contaminants pétroliers. Cette technique consiste à injecter de l'air dans les eaux souterraines et à provoquer l'évaporation de l'eau. Les contaminants sont retirés de l'eau lorsqu'ils entrent en contact avec l'air.
  • L'extraction des contaminants volatils du sol est utilisée conjointement avec la technique du barbotage. Cette technique comporte le forage de puits verticaux ou horizontaux près de la source de contamination. Un système d'aspiration attire les contaminants volatils du sol vers les puits d'extraction, où ils sont captés, traités puis libérés.

Ces techniques de traitement sur place sont mises à l'essai afin de permettre à la Ville d'atteindre ses objectifs de remise en état du site, tout en lui permettant de minimiser au meilleur coût possible les répercussions négatives sur l'environnement et sur la collectivité résidentielle avoisinante. Les techniques de remise en état conventionnelles comportent l'excavation, le transport, le traitement et le remplacement de grandes quantités de terre contaminée. Le traitement in situ permet d'éviter la majorité des coûts et des répercussions environnementales associés à ces activités. Selon les résultats de l'essai sur le terrain, il pourrait être possible d'appliquer l'une ou plusieurs de ces méthodes à près de la moitié du site et de remettre celui-ci dans un état approprié pour la construction résidentielle, récréative ou institutionnelle.

« Nous sommes très heureux que la FCM soutienne cette importante initiative et très fiers de faire partie des chefs de file du secteur municipal en réaménagement des sites contaminés, a déclaré Chris Friel, maire de Brantford. La remise en état de Greenwich Mohawk constitue un excellent exemple des efforts continus déployés par Brantford pour revitaliser notre collectivité tout en lui garantissant une croissance écoresponsable et durable. »


Le gouvernement du Canada a doté la Fédération canadienne des municipalités (FCM) de 550 millions de dollars afin d'établir le Fonds municipal vertMC. Le Fonds appuie les partenariats et sert de levier aux projets financés par les secteurs public et privé afin d'atteindre des normes supérieures de qualité de l'air, de l'eau, du sol et de protection du climat.


La FCM est la voix nationale des gouvernements municipaux depuis 1901. Elle encourage l'aménagement de collectivités durables pour l'amélioration de la qualité de vie, en favorisant des gouvernements municipaux forts, efficaces et responsables.


Fonds municipal vert Brantford Gouvernement du Canada
Mise à jour : 23/06/2015