Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant
Partenaires dans la protection du climat

Plessisville, chef de file des PPC au Québec

Partagez cette page 
A A A




Deux véhicules électriques du programme SAUVéR stationnés. Les voitures sont blanches et arborent le logo du programme.

Ce document fait partie d'une série de sept études de cas consacrées aux membres du programme Partenaires dans la protection du climat d'ICLEI Canada et de la FCM qui ont réalisé l'étape 5.

Première municipalité québécoise ayant atteint l'étape 5 du programme PPC, tant pour les activités communautaires que municipales

Population Membre du programme PPC depuis  Cibles de réduction des émissions de GES
6 551  habitants (recensement de 2016) 2013

Activités municipales : 20 % sous les niveaux de 2009 d'ici 2020

Activités communautaires : 10 % sous les niveaux de 2009 d'ici 2020

Progrès en vue d'atteindre les cibles : En 2017, il manquait moins de 4 % pour atteindre la cible de réduction fixée en matière d'activités municipales, et on estime parvenir en 2020 à une réduction de 27 % par rapport aux niveaux de 2009.

« Depuis quelques années, le changement climatique est devenu l'affaire de tous les citoyens de Plessisville. Comme élus, nous sommes les premiers à nous en réjouir. Pour nous, ce n'est pas une mode ou un exercice pour nous donner bonne conscience. Bien que les changements climatiques soient par définition un phénomène à long terme et que beaucoup de ses conséquences ne seront visibles que dans 50 ans, à Plessisville, nous avons décidé de ne pas attendre avant d'agir. Nous souhaitons ainsi nous assurer que la prochaine génération ne sera pas victime de notre insouciance. Avec notre plan d'action et notre propre fonds municipal vert, nous passons à l'action maintenant! »  
— Mario Fortin, maire de Plessisville

 

La Ville de Plessisville, au Québec, fournit la preuve que des municipalités de petite taille peuvent avoir une incidence considérable sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Selon des estimations préliminaires, d'ici 2020, la municipalité devrait dépasser ses cibles de réduction des émissions en matière d'activités municipales et atteindre ses cibles associées aux activités communautaires. Plessisville est densément peuplée (sa superficie couvre à peine 4,45 km2) et entourée de larges zones agricoles. Comme beaucoup d'autres municipalités canadiennes confrontées à des priorités rurales et urbaines contradictoires, Plessisville prend des mesures qui ne touchent pas seulement ses propres résidents.

En 2005, la municipalité a formulé un énoncé de mission en matière de développement durable, et en 2015, elle a approuvé un ambitieux plan stratégique de 10 ans comportant 125 mesures fondées sur des principes écoresponsables de ville intelligente.

Ce plan stratégique prévoit de nombreux projets - qui portent notamment sur la promotion du transport collectif, le passage à des lampadaires de rue à DEL, l'interdiction de la marche au ralenti des véhicules, de nouvelles pistes cyclables et la plantation d'arbres - et des ristournes pour l'utilisation de toilettes à faible débit d'eau, l'achat de couches lavables et l'installation de bornes de recharge de véhicules électriques.

Plessisville est déterminée à relever de manière créative le défi de la réduction des émissions. Selon son directeur général, Alain Desjardins, pour que les initiatives de lutte contre les changements climatiques retiennent l'imagination de la collectivité, il faut sensibiliser les résidents aux avantages et aux impacts potentiels des mesures appliquées localement. Il faut convaincre les résidents que les mesures environnementales n'affecteront pas leur qualité de vie. 

« La question n'est pas de savoir ce qu'il en coûtera, mais plutôt ce que ces changements apporteront à la collectivité », affirme-t-il. La réussite de Plessisville contribue à renouveler la vision d'avenir de la municipalité. La Ville a maintenant pour objectif à long terme de devenir entièrement indépendante des sources d'énergie étrangères d'ici 2030.

Principaux projets et résultats

Bâtiments municipaux convertis au gaz naturel

Plessisville a réaménagé plusieurs de ses bâtiments municipaux pour donner l'exemple en réduisant ses émissions de GES et ses coûts énergétiques. La municipalité a converti le système de chauffage de ses bâtiments en adoptant le gaz naturel et l'électricité au lieu du mazout. L'hôtel de ville, la bibliothèque, l'aréna, le garage municipal et quelques petits bâtiments ont été rénovés, et la ville est maintenant éclairée par des lampadaires de rue à DEL.

Avantages environnementaux

  • Les améliorations écoénergétiques et le nouvel éclairage à DEL ont permis de réduire les émissions de GES de 81,4 tonnes.
  • La réduction d'émissions de GES a amélioré la qualité de l'air.

Avantages économiques

  • Les coûts énergétiques annuels ont été réduits de plus de 30 %.
  • Les lampadaires de rue à DEL permettent d'économiser environ 25 000 $ par année.

Avantages sociaux

  • Grâce à la baisse des coûts énergétiques, la municipalité n'a pas haussé les taxes municipales et pourrait même les faire baisser, ce qui est avantageux pour les résidents. La Ville n'a pas augmenté ses taxes depuis 2013.

Voitures électriques, partage de véhicules et projet SAUVéR

Dès que Plessisville a entendu parler du projet SAUVéR (Système d'autopartage avec véhicule électrique en région), un service de partage de véhicules, ses élus, son personnel et ses résidents ont voulu y participer. Plessisville a été la première municipalité à faire l'essai du programme SAUVéR, et elle a déjà fait l'acquisition de deux véhicules électriques, qu'elle prête à ses résidents. La Ville planifie également intégrer au programme son parc municipal de voitures et de camions électriques, qui pourrait être mis à la disposition des résidents dans un proche avenir. Elle compte acquérir de nouveaux véhicules électriques lorsque les véhicules du parc actuel auront terminé leur vie utile. « Non seulement le partage des véhicules montre aux résidents comment réduire les émissions de GES, mais il permet à chacun des participants de réaliser des économies substantielles », fait remarquer Alain Desjardins

Avantages environnementaux

  • Le Québec produit l'essentiel de son électricité à partir de ressources renouvelables (hydroélectriques). Les véhicules électriques consomment donc de l'énergie renouvelable, ce qui a pour effet d'éliminer les émissions provenant des véhicules à essence. 

Avantages économiques

  • L'adhésion au programme SAUVéR ne coûte que 6 $ et comprend la location du véhicule, la recharge électrique ou le remplissage au gaz, l'assurance et les réparations.

Avantages sociaux

  • Les résidents de Plessisville peuvent éviter l'achat d'un nouveau véhicule et opter pour le partage du parc municipal ou l'emprunt d'un véhicule électrique.
  • Les résidents sont fiers d'aider à réduire leur empreinte écologique.

Fonds vert et financement innovateur

En 2014, Plessisville a créé un fonds municipal vert pour aider à financer certains de ses programmes environnementaux. Le fonds est maintenant évalué à un million de dollars, ce qui équivaut à plus de 125 $ par résident. En 2016, la Ville s'est alliée à FIME (Financement innovateur pour des municipalités efficaces) afin d'examiner et de mettre en œuvre des moyens novateurs de financer ses projets et ses programmes.

De nombreuses résidences de Plessisville ont été construites dans les années 1930, 1940 et 1950, et sont par conséquent énergétiquement inefficaces. Dans le cadre de son engagement à réduire les émissions de GES à l'aide d'initiatives visant la collectivité, Plessisville offre à des résidents des prêts allant jusqu'à 20 000 $, remboursables en 20 ans par l'entremise des taxes municipales.

Avantages environnementaux

  • En moyenne, les résidences écoénergétiques permettent de réduire les émissions de GES de 25 % à 30 %, la consommation d'énergie de 25 % et la consommation d'eau de 11 %.

Avantages économiques

  • En 2017, 20 résidences ont profité des prêts de FIME. Le taux d'intérêt d'un prêt s'élève à 1 % ou moins et les rénovations permettent d'économiser de 1 200 $ à 1 500 $ par an - ce qui dépasse le coût annuel du remboursement du prêt.  Les propriétaires de résidence peuvent donc rembourser leur prêt grâce aux économies réalisées sur le plan énergétique.
  • Les rénovations augmentent la valeur des résidences tout en soutenant l'économie et les commerces locaux. Le prêt est remboursé au moyen des taxes municipales. En cas de vente de la propriété, le nouveau propriétaire devient responsable, et ce qui reste à rembourser sera intégré annuellement à son compte de taxes.

Avantages sociaux

  • Les rénovations résidentielles améliorent la qualité des logements.
  • Les améliorations écoénergétiques entraînent une meilleure qualité de l'air ambiant.
  • Le programme de prêts donne la chance aux résidents moins fortunés de réduire immédiatement leur empreinte carbone et les sensibilise à l'importance d'une consommation énergétique responsable.

Défis relevés

    • Communiquer et éduquer : Alain Desjardins remarque que pour inciter la population à réduire volontairement l'empreinte carbone de la collectivité, il faut que les projets proposés soient faciles à comprendre et à réaliser. « Le défi premier, c'est de communiquer. Le deuxième, c'est celui d'éduquer », a-t-il affirmé. Les messages doivent s'adapter aux différents types de résidents de la ville et cibler différents groupes d'âge. « Il faut répéter les messages qu'on leur transmet et montrer qu'il n'y a pas d'obstacles ni de difficultés en vue, mais des solutions et des possibilités. Tout est dans la communication. »

    Leçons retenues

      • Il faut mettre sur pied un système permettant d'évaluer les programmes et de gérer les actifs afin d'éviter des imprévus coûteux découlant des travaux de modernisation ou des infrastructures. À cette fin, Plessisville sera l'une des premières municipalités à participer au Programme de gestion des actifs municipaux de la FCM.
      • Il faut éviter le cloisonnement de la structure municipale et obtenir le soutien de l'ensemble des employés et des élus municipaux. L'organigramme municipal de Plessisville est circulaire. Alors que beaucoup d'organisations ont une structure hiérarchique, celle de Plessisville engendre une circulation fluide des informations qui favorise la participation des dirigeants, des gestionnaires et des employés aux processus décisionnels.

      Autres ressources 

      Réalisation des étapes

      Étape 1 - 2015, 2016 (activités municipales et communautaires)
      Étape 2 - 2015, 2016 (activités municipales et communautaires)
      Étape 3 - 2015, 2016 (activités municipales et communautaires)
      Étape 4 - 2016 (activités municipales et communautaires)
      Étape 5 - 2016 (activités municipales et communautaires)

      Fonds municipal vert : Plessisville compte parmi les six municipalités financées par le FMV dans le cadre du projet pilote SAUVéR.

      Ressources

      Les ressources suivantes vous aideront à franchir l'étape 5 :

      FIME
      SAUVéR
      Municipal Asset Managment Program

      Partenaires et collaborateurs

      Autres municipalités régionales : Nicolet, Bromont, Témiscouata-sur-le-Lac, Rivière-du-Loup, Sainte-Julienne et Varennes, au Québec; Saint-Quentin et Dieppe, au Nouveau-Brunswick.

      Personnes ressources

      Alain Desjardins
      Directeur général
      Plessisville (Qué.)
      T.  819-362-3284, poste 2232

      Mario Fortin
      Maire
      Plessisville (Qué.)
      T.  819-362-3284, poste 2235

      Mise à jour : 04/07/2018