Vous n'avez pas de compte? Ouvrez-en un maintenant
Partenaires dans la protection du climat

Voies réservées aux véhicules multioccupants à accès tarifé

Les voies réservées aux véhicules multioccupants à accès tarifé sont un type particulier de voies réservées aux véhicules multioccupants. Contrairement à ce dernier type de voies réservées, dans lesquelles ne peuvent circuler que les véhicules comptant au moins deux occupants, celles à accès tarifé admettent les véhicules à un seul occupant moyennant péage, tandis que les véhicules multioccupants y ont accès sans payer. Les voies réservées à accès tarifé sont généralement équipées d'un poste de péage automatisé. Le péage peut y varier en fonction de la congestion, et les automobilistes sont généralement informés du tarif du moment par le biais de panneaux électroniques.

Applications

Autoroutes avec ou sans voies réservées aux véhicules multioccupants, source de revenus possible pour des améliorations au transport collectif.

Avantages

  • Les revenus peuvent être investis dans les infrastructures de transport collectif et être alliés à une planification d'occupation du sol favorisant les lotissements centrés sur le transport collectif.
  • Optimise l'usage des voies réservées aux véhicules multioccupants et évite le besoin de nouvelles autoroutes.
  • Une source de revenus supplémentaires pour le transport collectif qui utilise les voies réservées.
  • L'acceptation accrue des routes à péage dans la population. Selon un sondage Léger Marketing mené en 2011, la moitié des répondants de l'ensemble du Canada ont dit qu'ils a ccepteraient de payer des droits de péage si cela réduisait la congestion et raccourcissait leur temps de déplacement.
  • Une occasion de créer des partenariats avec le secteur privé.

Obstacles et défis

  • Possibilité d'augmenter le nombre de véhicules circulant avec un seul occupant en rendant plus de voies accessibles.
  • Les voies réservées à accès tarifé peuvent être considérées comme un privilège pour les nantis.
  • La technologie et les nouveaux équipements requis peuvent être coûteux, et le respect des règles peut aussi engendrer des coûts.
  • Le Canada a peu d'expérience et d'expertise en mise en œuvre de voies réservées à accès tarifé.
  • Les systèmes comportant la lecture vidéo des plaques d'immatriculation exigent la lecture manuelle lorsque la plaque est mal lue, ce qui donne lieu à des coûts supplémentaires, de la fraude et des frais non justifiés.

Ressources et notes

Exemples municipaux

  • Le pont Golden Ears dans l'agglomération de Vancouver (C.-B.) appartient à TransLink qui en assure l'exploitation. Surplombant la rivière Fraser, il relie Langley à Pitt Meadows et Maple Ridge. TransLink y a installé un système électronique de péage et compte recouvrer les coûts de construction de 808 millions de dollars. 
  • Le pont à péage A25 reliant Laval à Montréal est exploité par un consortium privé. Ce projet de 207 millions de dollars permettra au gouvernement du Québec d'économiser autour de 226 millions de dollars étant donné que le consortium s'est engagé à supporter tout dépassement de coûts.
  • À Minneapolis (Minnesota), des voies s'étendant sur 12 kilomètres ont été converties en voies réservées à véhicules multioccupants en mai 2005. Le péage permet de recouvrer une grande partie du coût d'exploitation annuel de 1,2 million de dollars US.
  • À San Diego, en Californie, des voies réservées à accès tarifé sur 13 kilomètres comportant un système de péage à l'utilisation ont produit des revenus de 1,3 à 2,5 millions de dollars US. Ces revenus ont permis d'amortir les coûts d'exploitation, d'entretien et de service à la clientèle, et aussi de financer deux importantes lignes d'autobus le long de ce trajet.


Mise à jour : 27/03/2015