L’habitation constitue le fondement des collectivités où il fait bon vivre que nous nous efforçons de construire. À l’occasion de cette élection, les municipalités attendent des engagements fermes de tous les partis pour garantir à chaque Canadien et à chaque Canadienne qu’ils et elles pourront trouver un logement décent et abordable.

Les gouvernements locaux sont sur la ligne de front dans cette crise de l’abordabilité et de l’écart croissant entre les loyers, les prix des maisons et les revenus. Les étudiants, les personnes âgées, les familles et les travailleurs peinent à trouver des logements abordables pour y vivre. Nous utilisons au maximum les outils limités dont nous disposons pour trouver une solution, mais obtenir un progrès durable nécessitera un leadership fédéral fort et continu.

Augmenter le parc de logements sociaux et abordables pour les Canadiens à faible revenu est crucial. Cela veut dire maintenir les priorités et les niveaux de financement de la Stratégie nationale du logement, à laquelle la FCM a collaboré, tout en éliminant les écarts énormes que connaissent les peuples autochtones et les Canadiens vulnérables qui ont besoin d’un logement supervisé.

Toutefois, il n’y a pas que les Canadiens à faible revenu qui ont besoin d’aide pour se loger. Tout le monde ressent la pression lorsque les coûts de posséder ou de louer une maison ne cessent de grimper. Nous proposons des mesures concrètes pour aller de l’avant, mais il faut aussi que les municipalités siègent à la table. C’est pourquoi nous réclamons un nouveau forum où les différents gouvernements joignent leurs forces pour s’attaquer aux multiples dimensions de l’accès au logement abordable.

Nous invitons tous les partis à s’attaquer à la crise du logement abordable au Canada.

Cela signifie favoriser l’accès au logement social et abordable pour les Canadiens et les Canadiennes à faible revenu. Cela veut dire aussi maintenir les niveaux de subventions et les priorités de la Stratégie nationale du logement tout en comblant certaines lacunes importantes.

Lisez notre communiqué de presse pour plus d’information.

Impliquez-vous!

Envoyez un tweet à vos candidats aux élections fédérales.
Dites à vos candidats (et vos abonnés!) pour qu’ils sachent que tous les partis doivent s’engager en faveur du logement abordable dans #Election2019.


Envoyez un courriel à vos candidats aux élections fédérales de votre circonscription.
Envoyez une lettre pour dire à vos candidats locaux que le logement abordable doit être une priorité dans #Election2019.

Don Iveson

« Nous savons que la maladie mentale, les traumatismes et l’usage de drogues conduisent des personnes à l’itinérance. Avec plus de logements supervisés, nous pourrons offrir à la fois le logement et le soutien pour nos concitoyens les plus vulnérables. Un partenariat avec le fédéral est essentiel pour y arriver. »
Don Iveson, maire de la Ville d’Edmonton

Faits en bref
40 %
des locataires dépensent 30 % ou plus de leur revenu pour le loyer
80 %
des ménages avec un revenu ↓ 20 000$ paient 50% et + de leur revenu en loyer
64 %
des Cdns disent que l’accès au logement doit être une priorité des gouvernements
 
Valérie Plante

« Un leadership et des investissements conséquents du gouvernement fédéral pour lutter contre l’itinérance et construire du logement social et abordable sont essentiels pour des villes inclusives et prospères. »
Valérie Plante, mairesse de la Ville de Montréal

 
Doug McCallum

« À Surrey, comme dans beaucoup de centres urbains, les familles autochtones peinent à trouver un logement qu’elles peuvent payer. Nous avons besoin de nouvelles mesures pour développer plus de logements sociaux et abordables culturellement appropriés pour les ménages autochtones de nos villes. »
Doug McCallum, maire de la Ville de Surrey

 
Lisa Helps

« En raison d’un taux d’inoccupation de 1,2 % et de prix de vente parmi les plus élevés au Canada, la région métropolitaine de Victoria offre très peu de possibilités de logements locatifs et d’accession à la propriété. La mise en œuvre renouvelée de la Stratégie nationale sur le logement, son expansion pour combler les principales lacunes et l’injection de fonds consacrés au logement dans les collectivités locales constituent des mesures nécessaires pour garantir un avenir inclusif, abordable et prospère pour nos collectivités. »
Lisa Helps, mairesse de la Ville de Victoria

 
Adam Lordon

« Notre communauté est vieillissante ; il est important que nos résidents puissent vivre de façon sécuritaire dans un endroit abordable et dans un quartier qui représente leur chez-soi. Un appui fédéral pour permettre aux aînés d’adapter leurs logements devient essentiel dans de petites collectivités comme la nôtre où nous devons faire face à l’absence d’autres options pour les loger. »
Adam Lordon, maire de la Ville de Miramichi

 
Kennedy Stewart

« Vancouver connaît une crise de l’abordabilité. Les résidents déménagent loin des emplois pour trouver un logement abordable, ce qui entraîne des frais de déplacement coûteux. Élargir les données fédérales pour permettre de saisir cette dynamique aiderait à comprendre les difficultés auxquelles font face les familles et comment les aider. »
Kennedy Stewart, maire de la Ville de Vancouver

 
Madeleine Redfern

« La crise de l’abordabilité du logement au Canada se fait sentir dans les collectivités de toutes tailles, dans toutes les régions de notre pays. Le Nord ne fait pas exception. Tous les ordres de gouvernement doivent travailler de concert pour continuer à développer l’offre de logements sociaux et abordables pour les Canadiens à faible revenu. »
Madeleine Redfern, mairesse d’Iqaluit

 
Charlie Clark

« Comme dans plusieurs autres collectivités, les familles à faible revenu de la ville de Saskatoon ont besoin de plus de logements abordables. Les terrains fédéraux en surplus pourraient être offerts pour la construction de ces logements. Nous avons besoin de tous les outils disponibles. »
Charlie Clark, maire de la Ville de Saskatoon

 
Bill Karsten

« Les Canadiens ressentent la hausse du prix des maisons et du niveau des loyers. Les solutions aux pressions sur l’abordabilité sont complexes. C’est pourquoi la FCM propose que tous les ordres de gouvernement se regroupent formellement avec le mandat de s’attaquer ensemble à la crise du logement. »
Bill Karsten, président de la FCM

Étude de cas de logements abordables
Voici des exemples de projets de logements abordables qui bénéficieraient d'un financement prévisible et à long terme.
Le centre ville d’Edmonton.
Les itinérants à Edmonton ont besoin de logements supervisés

Dans sa stratégie du logement, la ville d’Edmonton consacrera un montant historique de 132,7 millions $ pour construire 2 500 logements abordables au cours des 4 prochaines années. Elle cherche à obtenir des fonds des autres ordres de gouvernement pour ce projet. Selon la ville, 900 des logements doivent être avec services supervisés, durant les 6 prochaines années, pour offrir des endroits appropriés et sécuritaires aux gens qui vivent une itinérance chronique. Cela répondra aux besoins de personnes qui nécessitent un logement avec des services de soutien. Le manque de logements disponible a été l’un des plus importants facteurs qui ont ralenti les progrès d’Edmonton pour mettre fin à l’itinérance.

Immeuble d'appartements locatifs abordables à Surrey, en Colombie-Britannique.
Surrey signale le besoin pour du logement autochtone

Les ménages autochtones luttent pour l’accès à du logement abordable. La ville de Surrey possède la plus importante population autochtone de la Colombie-Britannique. Et l’on y trouve seulement 155 logements sociaux ou abordables répartis sur trois sites pour les familles autochtones. Un de ces sites doit être développé pour ajouter 143 logements. Cela représente les seuls nouveaux logements pour ces familles depuis des décennies. Le pourcentage des enfants autochtones pauvres à Surrey est de 38 %. Le logement social et abordable pour les familles à faible revenu est un volet essentiel de la lutte à la pauvreté des enfants autochtones.

Femme et enfant, main dans la main, marchant dans le centre-ville de Vancouver
Vancouver veut de meilleures données sur l’accès au logement

Les villes comme Vancouver ont besoin de données précises et fréquentes pour mesurer l’impact de leurs interventions comme les règlements sur la taxe pour les maisons vides et sur les locations à court terme. Toutefois, la ville peine à en faire l’évaluation et le rapport au conseil en raison de la rareté des données sur les logements vacants. L’indicateur sur l’abordabilité proposé par la FCM porterait sur les coûts combinés, pour les ménages, du logement et du transport, afin de permettre de meilleures interventions politiques. Ce type d’amélioration des données aiderait Vancouver à obtenir l’information nécessaire pour baser ses décisions sur des faits afin de rendre le logement plus abordable pour tous.

Construction au centre-ville de Toronto
Toronto veut rénover et préserver le marché locatif

Toronto possède l’un des taux de logement vacant les plus bas au pays avec 1,1 % ; elle ne peut perdre aucun logement locatif. La préservation et la sécurité du parc locatif préoccupent sérieusement la ville qui a connu des défaillances de systèmes et des incendies déplaçant des centaines de locataires dans de nombreux immeubles. Rénover les logements existants en s’assurant que les loyers n’augmentent pas est essentiel. Le Programme de préservation des logements locatifs du marché proposé par la FCM offrira des incitatifs fédéraux aux propriétaires qui réparent et modernisent des immeubles âgés dont les loyers sont modestes. Il réduira les démolitions et les évictions de locataires sous prétexte de rénovations tout en diminuant les GES.

Rivière Miramichi
Miramichi souligne le besoin de logement pour les aînés

Les petites villes, comme Miramichi, au Nouveau-Brunswick, mettent en lumière comment la crise du logement frappe les aînés. Dans cette ville, 22,9 % des 65 ans et plus vivent dans la pauvreté, alors qu’ils sont 19 % au Nouveau-Brunswick et 16 % dans le Canada. La collectivité manque d’immeubles à logements multiples et de places dans les centres d’hébergement de longue durée ce qui rend encore plus difficile l’aide à la population vieillissante. Le Programme d’adaptation des logements pour les aînés proposé par la FCM aiderait les communautés comme celle de Miramichi en offrant de nouvelles sources de financement pour garder les aînés dans leur maison. Cela donnerait plus de temps à la ville pour construire les immeubles qui manquent. Ce nouveau Programme comprend trois volets : propriétaires/locataires/marché privé, propriétaires sans but lucratif et communautés rurales. Tous les volets seraient admissibles au financement pour des adaptations domiciliaires, de barres d’appui aux rampes et aux appareils élévateurs, afin d’aider les aînés à demeurer dans leur maison en toute sécurité à un coût abordable.

2019 Fédération canadienne des municipalités