Pour s’assurer que les infrastructures communautaires continuent à soutenir les services municipaux dont les résidents ont besoin au quotidien, la Ville de Saint John, au Nouveau-Brunswick, adopte une approche multifacette à l’égard des changements climatiques. Son objectif : réduire les risques d’inondations découlant de l’élévation du niveau de la mer et de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes.

« Pour ce qui est des changements climatiques, les municipalités peuvent agir sur trois fronts, selon Samir Yammine, responsable de la gestion des actifs et de l’énergie pour la Ville de Saint John. Nous pouvons adapter les activités, changer les règlements et réaliser des investissements en capital ciblés. À Saint John, nous avons adopté une stratégie à long terme qui couvre ces trois aspects. »

Les inondations sont une préoccupation majeure pour la Ville, étant donné son emplacement le long de la baie de Fundy ainsi qu’au confluent du fleuve Saint-Jean et de la rivière Kennebecasis. Au printemps 2018, d’importantes inondations ont causé des dommages évalués à plusieurs millions de dollars. Pour atténuer les conséquences de la montée des eaux, le conseil municipal a ratifié un règlement selon lequel toutes les décisions concernant les infrastructures municipales doivent être soutenues par des données et des analyses actuelles pertinentes. C’est ce qu’on appelle la gestion des actifs. Les gestionnaires principaux doivent s’y soumettre, peu importe qu’il s’agisse d’effectuer un remplacement ou une réparation dans une canalisation d’eau, une conduite d’égout, un parc ou une route.

« Nous nous sommes dotés d’un processus pour évaluer nos besoins futurs en fonction d’une analyse de la condition et du rendement de nos actifs, et en tenant compte des effets attendus des changements climatiques, ajoute M. Yammine. Il s’agit vraiment d’appliquer une approche d’entreprise aux infrastructures communautaires et aux services municipaux. »

Le programme Municipalités pour l’innovation climatique (MIC) de la FCM appuie les efforts d’adaptation aux changements climatiques de Saint John. Son financement aide la Ville à mesurer, selon des normes établies, la vulnérabilité de certains actifs aux changements climatiques. Il lui permet aussi d’incorporer des atouts naturels, comme les milieux humides, les jardins pluviaux et les fossés végétalisés, pour mieux gérer les eaux de ruissellement dans trois zones, y compris dans le secteur commercial de la ville et certains quartiers défavorisés. Cette initiative, dirigée par le Programme d’action des zones côtières de l’Atlantique – Saint John, servira à édicter de nouvelles directives d’urbanisme, à tracer de nouveaux plans de quartiers et à trouver des solutions concrètes pour améliorer la gestion des eaux de ruissellement.

Une subvention du programme MIC servira également à appuyer le projet du Greater Saint John Field House, un nouveau complexe récréatif qui ouvrira ses portes en 2019 et qui sera protégé par des biens naturels. C’est l’organisme à but non lucratif Exhibition Association of Saint John qui dirige la construction de cette installation située dans une zone inondable. En incorporant les milieux humides dans la conception du site, le complexe pourra mieux résister aux fortes précipitations et à l’élévation du niveau de la mer.

Saint John fait partie du Réseau de gestion des actifs et des changements climatiques de la FCM, qui regroupe 19 municipalités canadiennes. Celles-ci s’échangent des pratiques exemplaires et des leçons tirées de leurs efforts pour intégrer les changements climatiques dans leurs stratégies et leurs règlements de gestion des actifs.

« Nous avons encore beaucoup de chemin à faire, dit Samir Yammine, mais j’ai bon espoir que notre approche systémique et globale donnera d’excellents résultats. »

© 2020 Federation of Canadian Municipalities