Une excavatrice et un camion remettant en état le sol de la friche industrielle de Brantford par une journée d’hiver ensoleillée.
DURÉE DU PROJET : en cours depuis 2015

Ces terrains de 20 hectares, situés à un kilomètre au sud-est du centre de Brantford (Ont.) et qui ont contribué à l’essor industriel du Canada pendant plus d’un siècle, ont maintenant une nouvelle vocation.

En 2015, après des années de préparation, la Ville de Brantford a enfin lancé l’étape de nettoyage d’un vaste site contaminé.  

Le site de Greenwich Mohawk regroupe trois très grands terrains s’étendant sur un peu plus de 20 hectares, dans une zone urbaine où vivent de nombreux résidents. À compter du 19e siècle, plusieurs usines de gros équipements agricoles ont été érigées sur ces terrains. Mais à la fin des années 1980, toutes ces usines avaient fermé leurs portes. Le site s’est beaucoup détérioré avec le temps.

En 2002, la Ville de Brantford a entrepris la première d’une série d’études de remise en état afin d’évaluer l’état environnemental du site. Les études ont confirmé la présence sur place d’une importante contamination à l’essence, au diesel, au pétrole, aux métaux lourds et à d’autres produits chimiques, de même que de débris structurels et de réservoirs souterrains. 
 

Carte de ontario avec Brantford

Les titres de propriété étaient difficiles à établir initialement, car le site avait été abandonné depuis de nombreuses années. Il fallait aussi modifier la loi afin de permettre la remise des sûretés et des arrérages de taxes par les gouvernements fédéral et provincial. Néanmoins, en 2007, la Ville a complété l’acquisition des trois terrains, et après des représentations tenaces en collaboration avec des membres de la collectivité, elle a obtenu des fonds fédéraux et provinciaux pour réaliser son projet majeur de remise en état. 

Souhaitant éviter les coûts environnementaux et sociaux d’une remise en état conventionnelle (enlèvement, transport hors site et remplacement d’énormes quantités de terre), la Ville s’est mise en quête d’autres solutions. Plusieurs méthodes ont été mises à l’essai afin de réduire les coûts et les gaz à effet de serre en nettoyant et en réutilisant la terre sur place. 

Il a fallu plusieurs années pour élaborer un plan pouvant permettre de rendre ces terrains conformes aux normes de construction résidentielle et d’aménagement d’espaces verts. En 2015, cependant, lorsque la Ville a entrepris la remise en état à grande échelle, le projet a avancé rondement. En deux années seulement, 148 900 m3 de sol contaminé a été excavé. La plus grande partie, soit 73 %, a été traitée et réutilisée sur place, tandis que seulement 27 % ont été transportés hors du site. De plus, 120 000 litres d’huiles ont été écumés des eaux souterraines. 

Résultats
 

20 hectares

de sols remédiés

148 900 m3

de sols excavés

120 000 litres

d’huiles écumées des eaux souterraines

La communauté a toujours soutenu le projet, même quand le grand quartier résidentiel à proximité a été envahi par l’odeur incommodante du diesel en été. La Ville a alors suspendu le projet pendant quatre mois jusqu’à ce que le problème ait été résolu. Malgré ces délais et les coûts imprévus, la Ville a tout de même respecté la date d’achèvement du nettoyage au printemps de 2017. Elle a terminé le projet en économisant 2 millions de dollars du budget total de 48 millions.

La détermination des élus municipaux, les efforts des employés de la Ville et l’appui des membres de la collectivité ont porté fruit, et les terrains de Greenwich Mohawk ont maintenant une nouvelle vocation : stimuler la revitalisation du quartier entier de Mohawk Lake. 

Ce projet est un exemple formidable de coopération entre tous les niveaux de gouvernement et une collectivité afin d’atteindre des résultats positifs pour l’environnement, l’économie et l’aménagement urbain durable. La réussite de ce projet a maintenant préparé la voie aux prochaines étapes excitantes de réaménagement de ces terrains et de revitalisation d’un quartier complet. »  

—Kevin Davis, maire, Ville de Brantford

© 2021 Federation of Canadian Municipalities