Un ouvrier en construction observe pendant qu’un autre descend une échelle d’un grenier fraîchement isolé.
DURÉE DU PROJET : 2012 à 2017

Un programme pilote de prêts municipaux à Plessisville, Varennes et Verchères (Qc) a donné aux résidents qui n’avaient peut-être pas les moyens d’effectuer des améliorations écoénergétiques la possibilité de réduire leurs émissions de GES et d’économiser sur les coûts en énergie.

En 2016, à la suite de trois ans de planification et de préparation soignées, les municipalités de Plessisville, de Varennes et de Verchères se sont regroupées pour lancer un projet pilote conjoint qui permettrait à un plus grand nombre de propriétaires d’effectuer des améliorations écoénergétiques.

De nombreuses collectivités du Québec comptent des maisons construites dans les années 30, 40 et 50 qui ne répondent pas aux normes environnementales et énergétiques actuelles. Les maisons écoénergétiques peuvent réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 25 à 30 %, tout en utilisant 25 % moins d’énergie et 11 % moins d’eau. Cependant, le coût des améliorations rend ces améliorations presque impossibles pour de nombreux résidents.

Carte de Quebec avec Plessisville

Les trois municipalités ont créé un nouveau mécanisme de financement, le programme Financement innovateur pour des municipalités efficaces (FIME), qui vise à soutenir des solutions écoénergétiques, notamment en ce qui concerne le chauffage, l’éclairage et l’isolation. Le programme pilote comprenait également des services d’accompagnement personnalisé.

Les ménages remplissant les conditions requises ont reçu un prêt d’un montant maximum de 20 000 dollars, qui doit être remboursé sous forme de taxes foncières municipales sur une période moyenne de 20 ans. Le programme liait le prêt aux propriétés et non aux propriétaires, ce qui réduisait le risque de défaut de paiement tout en augmentant la valeur des propriétés et les revenus fiscaux municipaux. 

Le programme a rapidement permis de réaliser des économies d’énergie supérieures aux objectifs initiaux, ce qui a été déterminant pour son succès. En 2017, 12 propriétaires ont profité des prêts du FIME pour leurs propriétés dans la seule ville de Plessisville. Ces résidents en ont tiré de meilleurs logements, une meilleure qualité de l’air intérieur et une augmentation de la valeur de leur propriété, en plus de prendre conscience de la quantité d’énergie qu’ils consommaient. Le programme a également soutenu les entreprises sur place et stimulé l’économie locale.

Résultats

32 %

réduction de la facture d’électricité moyenne

40 %

réduction moyenne de la consommation d’énergie par ménage participant

1,35 tonne

d’équivalent CO2 réduite par rénovation

Bien que les avantages environnementaux et financiers escomptés aient été clairs, le déploiement du programme pilote n’a pas été sans difficulté. Des activités de communication et de sensibilisation régulières ont été nécessaires afin que les ménages restent enthousiastes à l’idée de réduire les émissions de gaz à effet de serre de leur collectivité. Les municipalités ont aussi appris que la collaboration entre les silos et les hiérarchies organisationnelles garantissait un processus décisionnel plus éclairé et plus efficace.

Les retombées de ce programme pilote dépasseront les collectivités de Plessisville, Varennes et Verchères. À la fin du programme pilote en 2017, des plans ont été mis en place pour déployer le programme dans le reste de la province. Dix autres municipalités se sont jointes au programme, ce qui démontre bien comment une réflexion et une collaboration novatrices peuvent éliminer les obstacles à l’efficacité énergétique et à la réduction des GES.

Le programme FIME démocratise la transition énergétique parmi nos collectivités membres en leur offrant des possibilités de rénovation écoresponsables à coût raisonnable auxquelles elles n’auraient pas accès auprès des institutions financières conventionnelles. »

—Justine Fecteau, directrice générale, Ville de Plessisville

© 2021 Federation of Canadian Municipalities