Les processus naturels de gestion de l’eau peuvent-ils être assez efficaces pour faire face aux eaux pluviales des milieux urbains? La Ville d’Okotoks, en Alberta, et ses partenaires ont prouvé que c'est possible. Leur Projet de filtration par sols vivants utilise différents types de sols et de plantes pour capter, filtrer et disséminer les eaux pluviales, ce qui améliore la qualité de l'eau, augmente les espaces verts, favorise la biodiversité et réduit les risques en cas de conditions climatiques extrêmes.

Le projet démontre les avantages des infrastructures vertes

Le projet est un exemple d’aménagement à faible impact, ou d’infrastructure verte, qui utilise les processus naturels de gestion de l’eau. Le bassin de biorétention principal du site (également appelé jardin de pluie) consiste en une bande riveraine de 3600 mètres carrés utilisant des plantes indigènes et des sols perméables pour stocker, filtrer et gérer les eaux pluviales. Le système retire les excès de nutriments afin d’améliorer la qualité de l’eau et diminue le débit d’eau rejetée dans l'écosystème riverain, réduisant ainsi le risque d'inondation.

Des systèmes naturels moins coûteux comportent des avantages pour les résidents et l'environnement

Améliorer la gestion de l’eau directement sur le site atténue les risques et les effets des conditions climatiques extrêmes. La restauration de la végétation indigène augmente la stabilité du sol, favorise la biodiversité et crée un espace vert agréable pour les résidents. Cet espace vert recevra la visite d’enfants d'âge scolaire dans le cadre du projet de Centre d’éducation environnementale. De plus, le projet respecte et améliore un site existant d’intérêt culturel pour une collectivité locale des Premières Nations.

Un partenariat génère de la recherche et des connaissances utiles pour les autres collectivités

Le projet est une collaboration entre la Ville, l'Université de Calgary, l'Université de Victoria, la Ville de Calgary et des partenaires régionaux. Les chercheurs universitaires sur le site examinent deux types de recherches, soit la capacité des différents types de sols et de végétation à nettoyer et à filtrer les eaux pluviales ainsi que leur capacité à convertir le méthane en CO2 et en eau – une recherche dont d’autres collectivités intéressées par des projets semblables pourraient tirer profit.

Les Prix des collectivités durables de la FCM reconnaissent et célèbrent les leaders et les pionniers du développement durable municipal de toutes les régions du Canada.

© 2021 Federation of Canadian Municipalities