La Ville de Vancouver voulait mieux comprendre les besoins de ses résidents les plus vulnérables face aux effets des changements climatiques, plus particulièrement de la chaleur extrême et de la fumée des feux de forêt. Pour ce faire, elle s’est associée à Evergreen, un organisme à but non lucratif, pour tendre la main aux groupes qui n’ont pas souvent voix au chapitre dans les prises de décisions publiques sur les changements climatiques. Les personnes âgées, les citoyens à faible revenu, les personnes souffrant de problèmes de santé physique et mentale ainsi que les sans-abri sont plus susceptibles d’être exposés aux risques liés aux changements climatiques et ont une capacité réduite à s’y adapter. En se mettant à l’écoute de ces groupes, Evergreen a pu formuler des recommandations pratiques qui éclaireront les mesures d’adaptation actuelles de la Ville et alimenteront la prochaine mise à jour de sa stratégie d’adaptation aux changements climatiques, ce qui renforcera son volet axé sur l’équité. Le projet faisait partie du programme Municipalités pour l’innovation climatique (MIC).

Lisez cette étude de cas et découvrez comment tendre la main aux membres des collectivités marginalisées peut vous aider à élaborer de meilleures stratégies municipales d’adaptation aux changements climatiques.

Principaux facteurs de réussite

  • Les organismes de services communautaires ont fourni des renseignements essentiels sur les enjeux auxquels sont confrontées les collectivités ainsi que des conseils sur les meilleurs moyens de les mobiliser.
  • Les interactions ont été planifiées de façon à maximiser l’engagement et à obtenir une rétroaction de qualité en adaptant soigneusement à chaque groupe le lieu, le format et les questions de chaque activité.
  • Le processus personnalisé a permis d’obtenir des renseignements précieux de la part de groupes qui ne participent normalement pas aux processus de mobilisation traditionnels, comme les réunions et les enquêtes.
  • La collecte de données sur l’expérience des groupes vulnérables a été une étape clé de l’analyse de rentabilité de mesures d’adaptation spécifiques.

Quel était le but du projet ?

Si Vancouver est l’une des premières villes du Canada à avoir adopté une stratégie d’adaptation aux changements climatiques (en 2012), elle a aussi reconnu qu’elle en avait encore beaucoup à apprendre sur les populations vulnérables et qu’il lui fallait aborder plus délibérément la question de l’équité dans son travail sur le climat. En 2017, dans le cadre d’un projet financé par le programme MIC, Vancouver s’est associée à Evergreen pour consulter ses résidents les plus vulnérables à la chaleur et à la mauvaise qualité de l’air. L’objectif était de mieux comprendre les défis, les besoins et les préférences de ces groupes, et d’utiliser ces renseignements pour éclairer la planification, les politiques et les mesures d’adaptation aux changements climatiques de la Ville ainsi que sa réponse à la chaleur extrême. Les recherches et les consultations portaient sur trois thèmes principaux : les expériences actuelles des changements climatiques, les préoccupations relatives aux risques futurs et les priorités de la lutte contre les effets des changements climatiques.

Quelles étaient les étapes du projet ?

La planification et la mise en œuvre du projet se sont déroulées en deux phases principales. Au cours de la première phase, Evergreen a effectué une analyse documentaire des solutions d’adaptation répondant aux besoins des populations vulnérables des villes nord-américaines. Le rapport du projet comprend 13 exemples détaillés ainsi que la liste complète des solutions. Evergreen a ensuite élaboré un plan de mobilisation des parties prenantes en partenariat avec les organismes locaux de services communautaires. Après avoir cerné les principes clés de la mobilisation, Evergreen a mis au point un éventail d’options pouvant être personnalisées pour chaque groupe. Elle a aussi rédigé des questions pour les entrevues et les séances de groupe de concert avec la Ville.

Au cours de la deuxième phase du projet, Evergreen a mené les activités de mobilisation en commençant par des entrevues avec le personnel des organismes locaux de services communautaires afin de connaître le contexte et d’obtenir des conseils sur l’engagement communautaire. Les entrevues portaient sur les principaux problèmes climatiques auxquels sont confrontés les membres de ces organismes ainsi que sur les stratégies d’adaptation actuelles, les priorités et les solutions possibles pour les aider à s’adapter aux changements climatiques.

La partie suivante de la deuxième phase, qui s’est déroulée de juin à novembre 2019, consistait en des discussions guidées avec 9 groupes de membres de la collectivité et des enquêtes personnalisées auprès de 306 membres de la collectivité lors d’événements locaux. Evergreen a mobilisé 546 personnes au total, dont des sans-abri et des personnes vivant dans des logements marginaux, des personnes vivant dans des logements supervisés, des résidents du Downtown Eastside de Vancouver, des personnes à faible revenu, des personnes handicapées, des femmes, des membres de la communauté LGBTQ et des personnes âgées. Des personnes parlant d’autres langues que l’anglais, des vétérans et des nouveaux arrivants ont également participé à ces discussions.

Ces événements de mobilisation ont permis de recueillir des données sur les expériences vécues par les groupes vulnérables et de travailler avec eux pour déterminer les outils, les programmes et les stratégies les plus utiles. Chaque activité était personnalisée de manière à répondre aux besoins et aux intérêts socioculturels spécifiques du groupe concerné; de plus, les événements étaient proposés dans cinq langues. Ces événements étaient organisés autour d’activités et de sujets qui intéressaient déjà les groupes concernés et se déroulaient dans des lieux familiers. Par exemple, un groupe de personnes âgées aimait faire des promenades, alors Evergreen a organisé une promenade en forêt urbaine dans les parcs du quartier pour observer les signes des changements climatiques et discuter des effets de la chaleur extrême sur les personnes âgées. Une autre activité de type « roue de fortune » aux couleurs carnavalesques a permis de recueillir les commentaires de participants lors d’une fête de quartier.

Qu’est-ce qui a été réalisé ?

Le processus a permis d’obtenir des renseignements précieux sur les facteurs ayant une incidence sur la vulnérabilité des résidents ainsi que sur leurs difficultés et leurs comportements actuels face à la chaleur et à la fumée. On a appris beaucoup de choses sur leurs besoins en lien, entre autres, avec les zones de refroidissement intérieures et extérieures, l’éducation et la sensibilisation, le transport et l’accès à l’eau.

Grâce à cette rétroaction, Evergreen a formulé ses principales recommandations pour la Ville de Vancouver dans un certain nombre de domaines. Ces recommandations portaient sur des sujets comme les stratégies d’engagement, l’aménagement des espaces verts et publics, les options de financement et de ressources, l’optimisation des chambres de refroidissement et des refuges à air pur, la conception des bâtiments et les codes du bâtiment, l’eau potable et les toilettes publiques. Evergreen a également souligné l’importance de la sensibilisation, de la communication et de l’intégration des principes de réconciliation avec les peuples autochtones.

Parmi les enseignements à retenir, on peut citer l’importance de personnaliser les caractéristiques d’adaptation de manière à refléter l’utilisation des espaces publics par les groupes vulnérables, par exemple en augmentant le couvert forestier et les autres sources d’ombre aux endroits où les gens font la queue pour obtenir de la nourriture et des services. Le personnel de la Ville en a également appris davantage sur les lieux où les gens passent leur temps pendant les vagues de chaleur, notamment les édifices publics et les arénas, et a réalisé qu’il arrive aux sans-abri de se rendre dans les centres commerciaux pour se rafraîchir mais qu’ils n’y sont pas toujours les bienvenus. Ces renseignements aideront à effectuer l’analyse de rentabilité pour le financement des lieux climatisés publics. Les consultations ont par ailleurs révélé qu’il pourrait être judicieux de concevoir des solutions segmentées pour différents groupes et de donner la priorité à ceux qui en ont le plus besoin. Par exemple, chaque groupe utilise les lieux climatisés différemment : les personnes âgées préfèrent le calme, ce qui n’est pas toujours compatible avec les besoins des résidents ayant des enfants. Les sans-abri ont quant à eux besoin d’un endroit où ranger leurs affaires et où ils peuvent être accompagnés d’animaux domestiques.

Perspectives et leçons apprises

  • La consultation des organismes communautaires est une étape importante dans la conception d’activités d’engagement pertinentes : Les entrevues avec le personnel de première ligne ont permis de mettre en contexte et d’éclairer l’organisation des activités d’engagement pour chaque collectivité.
  • La sollicitation de commentaires sur les expériences vécues par les collectivités favorise une planification efficace : Les citations de résidents et les statistiques sur leur comportement et leurs besoins se sont révélées très utiles au moment de communiquer avec la haute direction. Elles permettent notamment d’améliorer les plans de réponse à la chaleur et de justifier des interventions spécifiques.
  • Une sensibilisation et un engagement adéquats prennent du temps : Au départ, le projet devait durer six mois, mais il a finalement pris environ un an et aurait bénéficié d’une année supplémentaire. Il y aurait ainsi eu plus de temps pour toutes les étapes du projet et la possibilité de recueillir la rétroaction des groupes sur l’utilité des interventions proposées.
  • Le calendrier saisonnier des conversations sur l’adaptation aux changements climatiques est important : Les entrevues avec le personnel de la Ville et les organismes partenaires ont commencé en octobre 2018. Il était difficile d’obtenir de l’information sur les problèmes liés à la chaleur extrême et à la fumée des feux de forêt alors que les gens étaient occupés à se préparer pour l’hiver; la conversation avec la collectivité a donc été repoussée à l’été suivant.
  • Un engagement personnalisé donne des résultats : Les activités et les questions d’engagement ont été ciblées de manière à refléter les valeurs et les intérêts socioculturels de chaque collectivité. De cette façon, il a été possible d’attirer des personnes qui ne participent généralement pas aux réunions ou aux enquêtes traditionnelles et d’obtenir une rétroaction plus exhaustive. L’offre de plusieurs voies d’engagement a été une des clés du succès.
  • Des solutions d’adaptation sur mesure pour différents groupes peuvent contribuer à répondre aux préoccupations liées à l’équité : Il est rapidement apparu qu’en raison de sa grande diversité, la population ciblée n’était pas monolithique, qu’il s’agisse de l’expérience vécue face aux effets de la chaleur et de la fumée ou de la façon d’utiliser à l’avenir les solutions d’adaptation.
  • Des répondants inhabituels peuvent contribuer à renforcer la résilience des collectivités vulnérables : Les gestionnaires immobiliers peuvent être d’importantes sources d’information pour les résidents avec lesquels ils interagissent. Ils peuvent également veiller au fonctionnement efficace et sûr des bâtiments afin de mieux gérer la chaleur.

« Grâce aux recommandations du projet, nous allons améliorer nos mesures d’intervention. Par exemple, en satisfaisant les besoins de différents groupes qui utilisent des lieux climatisés ou en plantant des arbres et en installant des auvents là où les gens se rassemblent ou font la queue pour obtenir des services. Ce sont des gestes très concrets auxquels nous n’avions pas pensé auparavant. »

– Brad Badelt, directeur adjoint, développement durable, Ville de Vancouver

Prochaines étapes

Le personnel de la Ville a présenté les résultats au conseil municipal et, en février 2020, les résultats de la consultation et les recommandations ont été présentés au comité directeur sur l’adaptation aux changements climatiques de la Ville de Vancouver. La présentation a été bien accueillie, tout comme certaines des suggestions pratiques, dont l’idée d’ajuster le débit des fontaines d’eau potable pour qu’elles aient un arc d’eau plus élevé qui les rendrait plus hygiéniques.

En raison de problèmes de calendrier, les commentaires de la collectivité n’ont pas été recueillis à temps pour alimenter directement la mise à jour de la stratégie d’adaptation aux changements climatiques de la Ville en 2018. Malgré tout, les recommandations commencent à façonner et à améliorer les mesures d’adaptation actuelles de la Ville, comme celles concernant le confort thermique dans les logements sociaux, la canopée forestière urbaine et les chambres de refroidissement. Au cours de l’été 2020, la Ville a aménagé des zones ombragées temporaires dans les espaces extérieurs où les gens pouvaient se rassembler et a installé une série de lieux climatisés en fonction des résultats des consultations.

Les recommandations du projet seront intégrées dans la prochaine mise à jour de la stratégie, qui a lieu tous les cinq ans. La rétroaction servira également à éclairer les mises à jour d’autres plans de la Ville, notamment le plan Vancouver qui vise toute la ville, mais aussi des stratégies sectorielles spécifiques (relatives à la santé et au logement, entre autres) et des plans d’intervention en cas de chaleur. En raison de la transition vers des plateformes d’engagement en ligne dans le contexte de la COVID-19, la Ville n’a pas encore présenté à la collectivité ses conclusions relatives aux mesures prises en réponse aux commentaires. Elle prévoit toutefois le faire lors des prochains rassemblements en personne. 

Les chiffres

Green piggy bank

78 400 $

en subvention du programme MIC

Group of individuals standing together.

546

membres de la collectivité ont participé

Green Calendar icon

2017-2020

du début à la fin

Two green speech bubbles in conversation.

5

langues utilisées pour communiquer avec les groupes

Open book resting on table

13 études de cas

portant sur l’adaptation des Villes auprès des populations vulnérables

Individual speaking at podium.

21 acteurs clés

des organismes de services communautaires ont participé aux entrevues

Ressources connexes

Personne-ressource

Brad Badelt
Directeur adjoint, développement durable, Ville de Vancouver
brad.badelt@vancouver.ca

 

Ce projet s’inscrivait dans le cadre du programme Municipalités pour l’innovation climatique (MIC), une initiative quinquennale de 75 millions de dollars financée par Infrastructure Canada et mise en œuvre par la Fédération canadienne des municipalités (FCM).

Ressources en vedette
Consultez les ressources en vedette au Programme Municipalités pour l’innovation climatique.
Une route goudronnée bordée d'un mur sombre retenu descend en pente, l'eau d'une pluie récente s'accumule le long de la gouttière
Adaptation aux changements climatiques

Découvrez d’autres outils et ressources du programme MIC liés à l’adaptation aux changements climatiques qui peuvent aider votre collectivité.

© 2021 Federation of Canadian Municipalities