Nouvelles et ressources en vedette

Les programmes de la FCM et ses efforts de représentation permettent d’obtenir de nouveaux outils qui habilitent les municipalités de toutes tailles à bâtir des collectivités plus fortes. Parcourez le contenu ci-dessous pour découvrir les nouveautés à la FCM.

Déclaration de Don Iveson, président du caucus des maires des grandes villes de la FCM

Don Iveson, président du caucus des maires des grandes villes de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), a émis la déclaration suivante en réaction à l'intention du gouvernement de l'Ontario de se prévaloir de la disposition de dérogation de la Charte canadienne des droits et libertés afin d'adopter une loi qui sabrerait la taille du conseil municipal de Toronto.

« Jamais une province canadienne n’avait utilisé la disposition de dérogation pour modifier la taille d’un conseil municipal en pleine campagne électorale. Au nom du caucus des maires des grandes villes de la FCM, j’appuie sans réserve les efforts de la Ville de Toronto pour protéger la démocratie locale.

« Les Canadiens se retrouvent maintenant dans un débat constitutionnel. Nous sommes encore loin d’avoir exploré toutes les possibilités offertes aux gouvernements de travailler ensemble dans le cadre constitutionnel. Les outils pour moderniser leur relation existent déjà.

« Il n’y a certainement rien d’inconstitutionnel à s’asseoir autour d'une même table afin de trouver des moyens de résoudre des problèmes, de financer les mandats des villes directement et de créer un forum où les gouvernements municipaux et leurs homologues, tant provinciaux que fédéraux, peuvent s’attaquer aux défis du pays ensemble, d'égaux à égaux. Il s’agit simplement que tous les ordres de gouvernement aient cette même volonté politique.

« Les maires sont des personnes pragmatiques. Les gouvernements municipaux ont l’habitude de concevoir des solutions locales qui règlent en même temps des défis nationaux, qu’ils soient liés, par exemple, à la productivité économique ou à la sécurité publique. Ce que souhaitent et s’attendent de plus en plus les canadiens est que nous travaillions ensemble à régler les enjeux émergents, comme juguler la crise des opioïdes, bâtir des économies innovantes et assurer l’établissement des nouveaux canadiens dans nos collectivités. 

« Il est temps que nous ayons une conversation sérieuse sur la collaboration moderne que nous devons établir entre tous les ordres de gouvernement pour améliorer la qualité de vie de nos concitoyens. Les maires du Canada n’en demandent pas mieux. »

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Caucus des maires des grandes villes

La FCM appuie la Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté

« S'attaquer à la pauvreté au pays nécessite la coordination de tous les ordres de gouvernement, à commencer par les municipalités. La publication, aujourd'hui, d'une stratégie fédérale de réduction de la pauvreté constitue une réponse significative aux recommandations formulées par la FCM. Il s'agit d'un pas important pour réduire la pauvreté qui touche toutes les villes et les municipalités de l'ensemble du pays.

Les élus municipaux voient constamment à quel point la pauvreté brime la capacité des citoyens et des collectivités de réaliser leur plein potentiel. Agissant sur le terrain, les gouvernements municipaux s'efforcent de tirer le maximum des outils à leur disposition pour résoudre ce problème. Ils rassemblent différents intervenants afin d'adapter des initiatives fédérales et provinciales aux réalités locales et bon nombre d'entre eux mettent en œuvre leurs propres plans de réduction de la pauvreté à l'échelle de leur municipalité.

Une chance pour tous tient compte des recommandations de la FCM visant à stimuler l'accès aux services qui permettent aux membres des collectivités de s'épanouir, comme des services de garde, des logements et des transports collectifs abordables et un soutien au revenu adéquat. Notre priorité absolue est un déploiement efficace de la Stratégie nationale en matière de logement faisant appel à tous les ordres de gouvernement. De plus, le fait de procéder à une meilleure collecte de données et de combler les lacunes sur ce plan permettra aux collectivités de concevoir, d'élargir et de faire le suivi des solutions locales à l'aide de politiques et de programmes mieux ciblés et fondés sur des données probantes, surtout si ce processus est réalisé en collaboration avec les gouvernements municipaux et les fournisseurs de services.

La pauvreté se vit différemment d'un endroit à l'autre au pays, et les solutions pour aborder ce problème varient également. Même si c'est à l'échelle locale que les Canadiens observent et ressentent le plus les effets de la pauvreté, ce sont les autres ordres de gouvernement qui gèrent les leviers financiers et les politiques essentielles à la mise en place de solutions durables. Nous sommes donc particulièrement satisfaits de voir qu'on reconnaît aujourd'hui la nécessité de coordonner les mesures prises par tous les ordres de gouvernement et d'avoir recours à l'expertise des gouvernements municipaux pour s'attaquer au problème.

La FCM a été ravie de contribuer à l'élaboration de cette stratégie par l'entremise de la participation de son chef de la direction, Brock Carlton, qui a siégé au sein du Comité consultatif ministériel ayant collaboré au développement d'Une chance pour tous. Pour être fructueuse, toute stratégie nationale de réduction de la pauvreté devra continuer à solliciter la participation des gouvernements municipaux à chaque étape du processus. La FCM et nos municipalités membres se réjouissent à l'idée de travailler en partenariat pour bâtir un pays dans lequel chacun a la possibilité de s'épanouir. »

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.

 

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Itinérance
Logement
Collectivités inclusives
Réduction de la pauvreté

Déclaration de la FCM au sujet de l'adoption de la Loi sur le cannabis

« L'adoption du projet de loi C-45 marque une étape importante vers la légalisation du cannabis à des fins non thérapeutiques. Tous les ordres de gouvernement doivent maintenant concentrer leurs efforts afin que la transition se déroule efficacement en toute sécurité. Les gouvernements municipaux ont la ferme intention d'y contribuer, et la FCM leur fournira le soutien continu nécessaire.

« Le cannabis à des fins non thérapeutiques sera bientôt offert et consommé dans nos collectivités, et les gouvernements municipaux seront sur le terrain afin d'assurer la sécurité des Canadiens et de préserver la qualité de leurs services. Cette légalisation mettra à contribution jusqu'à 17 services des municipalités et leur imposera de nouveaux coûts considérables. Déjà, les municipalités ont déployé de grands efforts afin de mettre à jour leurs règlements, leurs processus et d'acquérir de nouvelles capacités en prévision de la légalisation.

« Le gouvernement fédéral a mobilisé les municipalités dans cette initiative et a pris acte de notre rôle clé pour assurer la réussite de la transition vers la légalisation. Nos discussions ont incité notre partenaire fédéral à céder une partie significative de ses propres revenus de droits d'accise, dans l'intention sans équivoque qu'elle serve à compenser les coûts des municipalités. Toutefois, nombre de municipalités cherchent encore à savoir exactement comment leur gouvernement provincial ou territorial acheminera ces revenus aux gouvernements municipaux.

« L'un des impacts les plus notables de la légalisation sera les coûts qu'elle imposera à nos services policiers au chapitre de la formation, des équipements et de l'administration courante. Nous voulons aussi des précisions au sujet de l'enveloppe de 81 millions de dollars qu'a prévue le gouvernement fédéral pour aider à amortir les coûts d'application de la loi à l'échelle locale. Nous désirons savoir comment les municipalités peuvent accéder à ces fonds et quand elles pourront le faire.

« Les municipalités doivent être rassurées que des outils financiers seront mis en place pour couvrir tous les coûts liés à cette initiative fédérale. Parallèlement, les gouvernements municipaux continueront à demander la pleine collaboration des autres ordres de gouvernement et à se préparer à elles-mêmes à cette très prochaine légalisation. »

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Cannabis

Les défis ruraux, des possibilités nationales à saisir

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) a diffusé aujourd'hui un rapport qui décrit l'importante contribution des municipalités rurales et les défis bien particuliers auxquels elles font face. Dans ce rapport intitulé Les défis ruraux, des possibilités nationales à saisir : L'avenir des collectivités rurales du Canada commence maintenant, on recommande au gouvernement fédéral différents moyens pour relever directement ces défis et améliorer ainsi la qualité de vie de l'ensemble de la population. 

« Les gouvernements des municipalités rurales souhaiteraient pouvoir fournir l'infrastructure nécessaire pour soutenir une économie forte et une bonne qualité de vie, mais ils sont aux prises à ce chapitre avec deux problèmes majeurs - la difficulté de desservir des collectivités réparties sur un vaste territoire, et leurs capacités financières et administratives limitées » affirme Ray Orb, le président du forum rural de la FCM. 

Le rapport présenté aujourd'hui renferme des recommandations pour relever les défis auxquels sont confrontées les municipalités rurales.  Les recommandations clés sont les suivantes :

  • Appliquer une « perspective rurale » à toutes les politiques et à tous les programmes fédéraux destinés à aider les petites municipalités à mieux répondre aux besoins locaux.
  • Concevoir les futurs programmes d'infrastructures des régions rurales de manière à ce qu'ils renferment du financement prévisible à long terme et qu'ils soient suffisamment souples pour permettre de tenir compte de la réalité du milieu rural.  
  • S'engager à consacrer des ressources prévisibles à long terme dans l'expansion de l'accès Internet à large bande dans les collectivités rurales, nordiques et éloignées.

« Ce rapport fait état de l'importante contribution des municipalités rurales à l'économie du pays, mais également des graves contraintes financières auxquelles font face ces municipalités en raison de leur faible densité de population et de l'exode des jeunes, a ajouté Ray Orb. Mais le Canada rural étant un puissant moteur de croissance économique, nous savons que les investissements que nous y faisons favorisent l'amélioration de la qualité de vie de l'ensemble de la population du pays. »

La FCM mène la marche et réclame de nouveaux outils qui permettront aux municipalités rurales de participer à l'édification du Canada de demain, et elle a réussi à obtenir des investissements fédéraux sans précédent au cours des dernières années.

Le rapport complet est disponible ici.

La Fédération canadienne des municipalités est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Collectivités nordiques et éloignées
Collectivités rurales

La FCM se réjouit du lancement du Fonds national de co-investissement pour le logement

« Le lancement de la Stratégie nationale sur le logement (SNL) l'automne dernier a été une avancée majeure pour la FCM et tous les citoyens, et l'annonce d'aujourd'hui donne le coup d'envoi du plus important volet. Cet investissement considérable fournit des outils directement aux gouvernements municipaux et aux fournisseurs de logements abordables, les experts de terrain.  

« Ces investissements viennent renforcer notre partenariat fédéral-municipal pour construire le Canada de demain où il n'y aurait plus 1,7 million de ménages incapables de trouver un logement convenable à la portée de leurs moyens.   Pour transformer ces investissements en résultats concrets, il faudra une collaboration soutenue entre tous les partenaires. Avec de bons outils, les experts locaux sont maintenant prêts à réparer, à rénover et à accroître le parc de logements abordables du pays.  

« D'ailleurs, les municipalités ont déjà commencé à innover pour soutenir des projets de logements d'envergure de différentes façons, comme en donnant des terrains, en accélérant les approbations, en modifiant les règlements de zonage, et ainsi de suite. L'expertise municipale devra être mobilisée afin de compléter la conception de ce nouveau fonds de manière à ce qu'il priorise les projets de logements adaptés aux besoins locaux. La FCM s'attend à participer plus étroitement, et est prête à collaborer avec le gouvernement fédéral afin de bien en établir tous les détails.  

« Le logement abordable forme l'assise des collectivités agréables et inclusives que nous voulons bâtir. C'est pourquoi la FCM n'a ménagé aucun effort pour obtenir et orienter la Stratégie nationale sur le logement. Nous saluons le ministre Duclos pour son leadership, et le gouvernement fédéral pour avoir repris la place importante qui lui revenait dans le secteur du logement abordable. »  

La Fédération canadienne des municipalités est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Logement

Infrastructures : les municipalités au cœur des efforts pour renforcer le pays

Jenny Gerbasi, présidente de la Fédération canadienne des municipalités

Ce mois-ci, les Canadiens constatent de plus près comment les nouveaux investissements fédéraux seront injectés au pays au cours de la prochaine décennie. À mesure que le gouvernement fédéral signe des ententes avec les provinces et territoires se dessine avec soulagement, la reconnaissance du rôle essentiel que jouent les municipalités dans la préparation de l’avenir du Canada.

Le plan Investir dans le Canada peut transformer le pays en stimulant la croissance économique, les progrès en matière de lutte aux changements climatiques et une meilleure qualité de vie. Mais pour qu’une telle possibilité se traduise par des résultats sur le terrain, il faut absolument viser juste au chapitre de la conception et de la mise en œuvre des éléments du plan. Les citoyens de ce pays veulent que chaque dollar investi dans les infrastructures leur profite au maximum, et c’est justement sur ce plan que les gouvernements municipaux excellent.

Les gouvernements municipaux produisent des résultats pour tout le pays

Les municipalités sont responsables de 60 % des infrastructures publiques du Canada et d'une longue liste de services. La municipalité est l’ordre de gouvernement le plus proche des citoyens – et ceux-ci exigent donc de sa part des résultats, comme des routes de qualité et une eau saine. À cause de ces responsabilités et parce que les municipalités perçoivent seulement 10 cents de chaque dollar d’impôt prélevé, la rentabilité est devenue pour nous une obsession.

Les gouvernements municipaux ont en outre développé une expertise unique. Nous comprenons mieux que quiconque les besoins locaux et les moyens de les combler tout en rendant nos collectivités plus agréables et plus concurrentielles. La conception d’une infrastructure de transport, par exemple, est aussi un exercice de planification à long terme permettant d’assurer une mise en valeur des terres et un aménagement de quartiers optimaux. De plus, les solutions locales que nous mettons de l’avant ont une incidence sur l’ensemble du Canada.

Par exemple, une expansion du transport collectif bien planifiée réduit la congestion routière et les temps de déplacement à l’échelle locale, tout en renforçant les collectivités. De ce même fait, la productivité au pays s’en retrouve stimulée et les émissions de gaz à effet de serre réduites, ce qui, en plus des emplois directs et de croissance générés par les projets, représente un avantage durable. Autrement dit, il suffit de fournir les bons outils aux municipalités du Canada, et les progrès fait à l’échelle des collectivités transformeront l’agenda du pays.

Le plan Investir dans le Canada : des outils pour les gouvernements municipaux

La capacité des municipalités d’obtenir des résultats qui profitent à l’ensemble du pays explique pourquoi elles se retrouvent au cœur de ce plan de renforcement du pays, ambitieux et sans précédent. Dès le départ, la Fédération canadienne des municipalités s’est fortement mobilisée afin de façonner le plan Investir dans le Canada.

Cependant, nous avons toujours été bien conscients que les négociations fédérales avec chaque province et territoire détermineraient quels outils pratiques seraient fournis aux municipalités. Aujourd’hui, nous voyons que les unes après les autres, les ententes conclues comportent des mesures importantes pour habiliter les municipalités à obtenir des résultats pour tout le pays, en matière d’économie et de qualité de vie.

Premièrement, les gouvernements reconnaissent que les solutions locales sont la clé pour relever les défis nationaux.

De meilleures routes et de meilleurs transports collectifs y font grimper la productivité. Des infrastructures de loisirs modernes et accessibles attirent et soutiennent les nouveaux talents qui sont la clé de la croissance économique. Le déploiement à grande échelle des infrastructures vertes locales aide à atteindre les objectifs du pays en matière de climat. Les municipalités influencent la moitié des émissions de gaz à effet de serre, et ont déjà adopté certaines des solutions de réduction les plus novatrices du Canada, dont des parcs de véhicules verts et une gestion des déchets à faibles émissions.

Les gouvernements en ont pris acte, car les nouvelles ententes sur les infrastructures comportent des dispositions pour soutenir un « juste équilibre » entre projets municipaux et projets provinciaux. Il s’agit d’une importante percée. Le plan d’expansion du transport collectif va encore plus loin en affectant, selon une formule de financement prévisible, la plus grande partie de l’enveloppe de 20 milliards de dollars prévue par ce plan directement aux municipalités qui ont des systèmes de transport collectif.

Deuxièmement, les gouvernements aplanissent les obstacles financiers locaux pour bâtir le Canada de demain.

L’apport des municipalités aux efforts de renforcement du pays n’est pas d’ordre financier, mais repose sur leur expertise, tant en matière d’évaluation des besoins que de conception et de mise en œuvre des projets. Elles n’ont jamais eu la souplesse financière requise pour faire avancer ceux pouvant susciter des transformations d’une envergure méritée par les citoyens de notre pays.

C’est pourquoi la FCM a préconisé une nouvelle formule de partage des coûts : 40 % fédéral, 40 % provincial, 20 % municipal. Le gouvernement fédéral a maintenant accepté de fournir la contrepartie demandée, tandis que les provinces se sont pour le moment engagées à fournir 33 %. Que les autres ordres de gouvernement acceptent de couvrir près des trois quarts des coûts des projets locaux illustre à quel point l’avenir du Canada dépend de leur avancement.

Troisièmement, les gouvernements reconnaissent que le renforcement du pays passe par le renforcement des collectivités de toutes tailles.

Pendant deux ans, la FCM n’a cessé de conseiller les municipalités sur la mise au point des programmes d’infrastructure afin d’en maximiser les résultats. Un autre conseil important que nous avions formulé et qui a été suivi a été celui de tenir compte des réalités financières et administratives des collectivités rurales, nordiques et éloignées.

Le gouvernement fédéral a augmenté sa part de financement à 50 % pour les projets ruraux au Canada, et à 60 % pour les collectivités de moins de 5 000 habitants. Les ententes bilatérales prévoient en outre de simplifier l’administration des projets. Des mesures comme celles-ci donneront aux municipalités rurales et nordiques les outils nécessaires pour de meilleures routes, des services à large bande, des systèmes de traitement des eaux usées et bien d’autres services de meilleure qualité.

Les prochaines étapes seront cruciales

La FCM a défendu sans relâche les gouvernements municipaux et les résidents que nous servons. Bien que les nouvelles ententes sur les infrastructures du Canada soient encourageantes, beaucoup de travail reste toutefois à faire pour atteindre les résultats que nos concitoyens méritent.

Les gouvernements devront par exemple concrétiser l’engagement sans précédent de maintenir un « juste équilibre » de projets locaux. Quels mécanismes assureront toute la transparence attendue dans la sélection des projets? Pour répondre à tant d’enjeux, les gouvernements municipaux devront continuer d’être impliqués, non pas en tant que simples observateurs, mais plutôt en tant qu’acteurs incontournables du renforcement du pays.

Nous aurons alors toutes les clés en main pour faire ce que nous faisons de mieux : concevoir et mettre en œuvre des projets afin de transformer nos collectivités et notre pays pour les prochaines générations.

Jenny Gerbas est mairesse suppléante de Winnipeg et présidente de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), la voix nationale des gouvernements locaux. La FCM compte près de 2 000 membres représentant 90 % de la population canadienne.

 

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Infrastructures

Les maires du Canada font la promotion de l’économie et du commerce à Washington, D.C.

« Les maires canadiens et américains sont les maîtres d'œuvre du dialogue qui mènera à l'émergence de villes agréables et concurrentielles et qui appuiera les talents, les investissements et la croissance. Aujourd'hui, les maires du Canada quittent Washington avec la certitude que nos homologues américains partagent la même conviction : la relation entre nos deux pays est essentielle à nos priorités communes.

Que ce soit à l'occasion des rencontres entre maires qui ont eu lieu pendant la réunion d'hiver de la U.S. Conference of Mayors, lors des discussions sur l'Accord de libre-échange nord-américain avec des leaders d'opinion du Canada à l'Institute du Wilson Centre ou lors des échanges relatifs au commerce avec l'ambassadeur du Canada, David MacNaughton, nous bâtissons des relations par-delà les frontières entre nos pays pour attirer des investissements et faire la promotion des entreprises locales à l'étranger. 

Des deux côtés de la frontière, les avantages mutuels d'un partenariat économique solide et équitable entre le Canada et les États-Unis sont indéniables. Nos relations commerciales, fondées sur les principes de libre échange et de commerce équitable sont cruciales pour faire émerger des villes concurrentielles à l'échelle mondiale et veiller à un avenir prospère.

Les États-Unis n'ont aucun autre pays ami, allié ou partenaire aussi proche que le Canada. Nous jouissons de la relation la plus durable, la plus pacifique et mutuellement avantageuse au monde. Depuis longtemps, notre partenariat sert de modèle et les maires du Canada s'efforcent jour après jour de renforcer ce partenariat. »

Don Iveson est président du caucus des maires des grandes villes de la Fédération canadienne des municipalités et maire de la Ville d'Edmonton. La FCM est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres représentant plus de 90 % de la population canadienne.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Caucus des maires des grandes villes
Développement économique
Commerce international

Maximiser le potentiel des collectivités rurales et nordiques : les élus municipaux en mission sur la Colline du Parlement

Cent élus municipaux de partout au pays se sont rendus sur la Colline du Parlement cette semaine pour apporter un puissant message : l’avenir de ce pays passe par les municipalités, y compris les municipalités rurales et nordiques, pourvu qu’on leur permette de libérer leur plein potentiel. Dirigée par la Fédération canadienne des municipalités (FCM), cette importante délégation a rencontré 200 parlementaires de tous les partis fédéraux.

« Les solutions mises en œuvre par les municipalités ont déjà des effets sur certains des plus grands enjeux de notre pays, de la croissance économique à la sécurité publique. Et les rencontres qui se sont succédées cette semaine nous ont permis d’exposer comment travailler ensemble pour maximiser encore plus efficacement ce potentiel. D’abord et avant tout, il faut renforcer les collectivités de toutes les tailles pour bâtir le pays de demain », a affirmé la présidente de la FCM, Jenny Gerbasi.

Parmi les sujets à l’ordre du jour, le plan d’infrastructures à long terme du gouvernement fédéral, Investir dans le Canada, a occupé une grande place. Ce plan comporte un fonds de 2 milliards de dollars réservé spécialement aux infrastructures rurales, nordiques et éloignées, une mesure fortement recommandée par la FCM. Mais, selon les élus municipaux, pour que ces investissements aient les résultats visés, il faudra veiller à bien concevoir les programmes connexes.

« Les petites collectivités sont prêtes à construire de meilleures routes et des systèmes de traitement d’eaux usées plus efficaces, et à faire tout leur possible pour améliorer la qualité de vie leur communauté, mais leurs réalités sont bien particulières et ce plan doit en tenir compte, a souligné le président du forum rural de la FCM, Ray Orb. Nous sommes venus démontrer que deux choses sont essentielles pour qu’un grand nombre de nos projets puissent avancer : un partage de coûts équitable et une administration simplifiée des projets. Nous sommes aussi venus expliquer les mesures à prendre pour que, globalement, le plan d’infrastructures fédéral soit avantageux pour les collectivités de toutes les tailles. »

Durant quatre jours de réunions intensives, les membres du forum rural de la FCM ont formulé leurs conseils en ce sens au ministre des Finances, Bill Morneau, à la chef adjointe du Parti conservateur, Lisa Raitt, au chef du NPD, Jagmeet Singh, et aux députés représentant les régions rurales de tout le Canada. Ils ont aussi travaillé avec le caucus rural du Parti libéral du Canada afin d’explorer de nouveaux mécanismes pour incorporer une perspective rurale dans toutes les politiques et tous les programmes fédéraux. Le président et le vice-président de ce caucus, T. J. Harvey et Will Amos, sont de solides partenaires de la FCM et de la défense des collectivités rurales.

Les élus municipaux l’ont redit clairement : d’un océan à l’autre, les gouvernements municipaux des petites et des grandes villes, des collectivités rurales et nordiques, adoptent des solutions qui relèvent à la fois des défis locaux et nationaux – et renforcent ainsi la qualité de vie et la compétitivité du Canada.

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux. Ses 2 000 membres représentent 90 % de la population du Canada.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Collectivités rurales

Stratégie nationale sur le logement : une avancée majeure en matière de logement abordable

« La Stratégie nationale sur le logement rendue publique cet après-midi est une avancée majeure pour les villes et les collectivités d'un océan à l'autre. C'est le genre de leadership fédéral que recherchent les administrations municipales depuis plus de 20 ans.

Les dirigeants municipaux sont aux premières lignes de la crise du logement au Canada. Nous constatons ses effets dans le visage des parents qui doivent faire un choix entre payer le loyer ou nourrir leurs enfants. Nous le constatons à la vue des entreprises locales qui peinent à attirer des travailleurs de talent. Or, la FCM a mené une intense campagne d'information en vue de contribuer au façonnement d'une Stratégie nationale sur le logement qui s'attaquera aux causes profondes de cette crise.

Le gouvernement fédéral a suivi nos conseils en mettant l'accent sur les besoins fondamentaux. Le remplacement des subventions au loyer arrivant à échéance constitue une avancée pour des milliers de familles qui craignaient de perdre leur foyer lorsque les accords d'exploitation prendraient fin. L'investissement dans la réparation et le renouvellement des logements sociaux permettra à un plus grand nombre de personnes de conserver leur logement et assurera la pérennité de l'offre de logements. Le retour à l'investissement dans la construction de logements abordables représente la percée dont nous avions besoin pour nous attaquer à la pénurie de logements.

La FCM continuera de se pencher sur la Stratégie nationale sur le logement dans les prochains jours, et nous trouverons naturellement des questions laissées en suspens. Par exemple, dans l'optique d'appliquer les meilleures solutions possibles aux besoins locaux, la prise en compte de l'expertise municipale dans le processus décisionnel en matière de logement n'a pas encore été définie clairement.

En fin de compte, cette stratégie constitue une percée majeure pour 1,7 million de foyers qui ne peuvent trouver un logement digne de ce nom, et selon leurs moyens. Elle représente aussi une avancée pour les maires qui aspirent à bâtir des villes et des collectivités inclusives et concurrentielles où il fait bon vivre, partout au pays. Nous sommes impatients de collaborer avec tous les ordres de gouvernement pour libérer le remarquable potentiel qui se profile derrière cette stratégie. »

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux. Ses 2 000 membres représentent 90 % de la population du Canada.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Logement

L'annonce sur les opioïdes précipite l’adoption de mesures urgentes

« La crise des opioïdes au Canada se poursuit à un rythme effroyable. Les familles, les travailleurs de première ligne, les bénévoles et les collectivités qui subissent le pire de cette situation d'urgence méritent que tous les ordres de gouvernement prennent des mesures. Comme on estime que les opioïdes devraient occasionner 3 000 décès cette année seulement, l'urgence de la réponse est évidente.

« L'annonce faite mercredi par la ministre de la Santé d'élargir les options thérapeutiques, de réduire les obstacles et d'appuyer celles et ceux qui luttent en première ligne contre cette crise constitue un important pas en avant. L'autorisation d'offrir un service de vérification des drogues dans les sites de consommation supervisés, l'assouplissement des obstacles législatifs à l'établissement de sites de prévention des surdoses et l'engagement d'élaborer des campagnes de sensibilisation du public dirigées par les pairs sont autant d'éléments qui répondent directement à certaines des recommandations du Caucus des maires des grandes villes publiées plus tôt cette année.

« Il reste encore beaucoup à faire pour assurer une réponse nationale coordonnée de tous les ordres de gouvernement, y compris des municipalités et des communautés autochtones. Le gouvernement fédéral doit encore prendre les choses en main pour établir des échéanciers rapidement, des mesures et des cibles exhaustives et fondées sur des données probantes pour la réduction des méfaits, le traitement, la prévention et l'application des mesures de lutte contre la crise des surdoses. Un plan intergouvernemental doit aligner les actions et les ressources sur du travail sur le terrain et répondre aux besoins spécifiques des municipalités et des communautés autochtones.

« Étant aux premières lignes de cette crise, les villes canadiennes n'ont cessé de demander que tous les ordres de gouvernement collaborent à une intervention concertée et pancanadienne pour mettre fin à cette tragique épidémie.

« Tandis que nous reconnaissons les progrès réalisés dans l'annonce de mercredi, nous attendons avec impatience de rencontrer la ministre de la Santé afin d'harmoniser davantage nos actions pour résoudre cette crise nationale de la santé.»

Le groupe de travail sur les enjeux des opioïdes regroupe les maires de 13 villes, soit Vancouver, Surrey, Edmonton, Calgary, Saskatoon, Winnipeg, Hamilton, London, Kitchener, Toronto, Ottawa et Montréal. Ce groupe de travail des maires a été constitué le 3 février 2017 par le caucus des maires des grandes villes (CMGV) de la Fédération canadienne des municipalités. 

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Caucus des maires des grandes villes
Crise des opioïdes
Sécurité publique
Ce que nous faisons
Explorez ces domaines clés pour découvrir comment nous vous aidons à bâtir des collectivités plus fortes et à renforcer ainsi le Canada.
Livres de bibliothèque.
Ressources

Notre collection de ressources regroupe des rapports, des trousses, des recommandations et d’autres documents conçus pour vous aider à relever les défis dans votre collectivité.

Pot plein d'argent.
Occasions de financement

Nous avons le type de financement qu’il vous faut pour la réalisation de vos plans, études, projets pilotes, projets d’immobilisations, et bien plus.

Éclats de couleurs représentant une gamme de domaines d’émission.
Domaines prioritaires

Découvrez comment nous unissons nos efforts à ceux des gouvernements municipaux de toutes les tailles afin de résoudre des défis nationaux et mondiaux.

decoratif
Programmes

Nous aidons à stimuler le développement durable et à améliorer la qualité de vie des gens partout au Canada et dans le monde.

La FCM renforce les collectivités

La FCM regroupe presque 2 000 petites et grandes municipalités, représentant plus de 90 % de tous les citoyens du pays. Avec nos membres, nous avons obtenu des gains historiques à l’échelle fédérale – habilitant ainsi les élus municipaux à bâtir de meilleures vies.

© 2019 Fédération canadienne des municipalités