L’écocentre de Manicouagan
DURÉE DU PROJET : 2011 à 2014

Le complexe de gestion intégrée des matières résiduelles de la région de Manicouagan est le premier du genre dans la province de Québec. Il permet de collecter, de traiter et de valoriser les déchets en un seul endroit.

Dans le cadre d’une initiative achevée en 2014, la Municipalité régionale de comté de Manicouagan, dans l'est du Québec, a centralisé les processus de gestion des matières résiduelles de ses huit municipalités constituantes. Baie-Comeau, la plaque tournante de la région, abrite dorénavant le complexe de gestion intégrée des matières résiduelles de Manicouagan. Cette installation comprend notamment un centre de transfert, un écocentre, un magasin de réemploi et un entrepôt communautaire.

La Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan (RGMRM), qui est chargée de la gestion des déchets dans cette région de l'est du Québec, a lancé le projet en 2011, afin de rationaliser la collecte, le traitement et la valorisation des matières résiduelles. La RGMRM supervise la gestion des matières résiduelles pour les huit municipalités membres de la MRC : Baie-Comeau, Baie-Trinité, Chute-aux-Outardes, Franquelin, Godbout, Pointe-aux-Outardes, Pointe-Lebel et Ragueneau. 

Carte de Quebec avec Manigouagan

Dans le nouveau complexe de gestion intégrée des matières résiduelles, un centre de transfert permettait de traiter séparément dans le même bâtiment les déchets et les matières recyclables.

L’écocentre donne la possibilité aux résidents de déposer sélectivement des déchets domestiques dangereux, du bois, du métal et des objets encombrants, tels que des meubles et des appareils électroménagers, entre autres, dans des conteneurs. Les articles en bon état, ainsi que des articles fabriqués dans l’atelier du complexe à partir de matériaux recyclés, sont vendus au magasin de réemploi. Et l’entrepôt offre un espace de stockage aux organismes communautaires locaux.

La RGMRM a d’abord utilisé une presse électrique pour mettre en ballots les déchets et les matières recyclables pour en faire des paquets compacts prêts à l'expédition. L’utilisation d’une presse à ballots visait à diminuer le nombre de camions nécessaires pour leur transport, réduisant par le fait même les émissions de gaz à effet de serre.

Cependant, la quantité de matières organiques présente dans les déchets permettaient difficilement la mise en ballots. Ce volet du project a donc été reconsidéré. Quant aux matières recyclables, l'utilisation de la presse a permis de réduire et optimiser les coûts de transport pendant une période de huit ans, soit de 2012 à 2019. Ce n'est qu'à la chute de la demande mondiale pour la matière récupérée par la collecte selective que la RGMRM a finalement été contraint de cesser la mise en ballots des matières recyclables.

Résultats

3 755 tonnes

de matières résiduelles valorisées additionnelles

488,500 $

d’économies sur les frais de collecte de déchets

16

emplois permanents créés

L’approche unique du RGMRM en matière de gestion des déchets a fait de ce complexe une destination populaire pour les habitants de la région. Les visites à l’écocentre et au magasin de réemploi font désormais partie de la vie quotidienne des gens, ce qui leur donne un grand sentiment de fierté. Le site peut se targuer de recevoir jusqu’à 26 000 visites par an, alors que la région ne compte que 29 000 habitants. Le magasin de réemploi, à la fois accueillant et attrayant, alimenté par un atelier sur place et des artisans locaux, est particulièrement prisé. 

L’accent mis par le projet sur la valorisation et le réemploi a permis de réduire considérablement le volume des déchets destinés à l’enfouissement. Le regroupement des services de gestion des matières résiduelles a également permis de réduire les coûts de collecte pour les municipalités participantes et de créer 16 nouveaux emplois permanents au sein du complexe. 

Le succès de ce projet met clairement en évidence les avantages d’une gestion centralisée des déchets pour toutes ces municipalités. Cette approche de guichet unique constitue un exemple inspirant pouvant être reproduit dans de nombreuses collectivités. 

Avant l’inauguration du magasin de réemploi, je n’avais pas d’autre choix que d’acheter juste du neuf. C’est certain que ça a changé ma façon de consommer. »

—    Linda Girard, résidente de Ragueneau

© 2021 Federation of Canadian Municipalities