Nouvelles et ressources en vedette

Les programmes de la FCM et ses efforts de représentation permettent d’obtenir de nouveaux outils qui habilitent les municipalités de toutes tailles à bâtir des collectivités plus fortes. Parcourez le contenu ci-dessous pour découvrir les nouveautés à la FCM.

Déclaration de Don Iveson, président du caucus des maires des grandes villes de la FCM

Don Iveson, président du caucus des maires des grandes villes de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), a émis la déclaration suivante en réaction à l'intention du gouvernement de l'Ontario de se prévaloir de la disposition de dérogation de la Charte canadienne des droits et libertés afin d'adopter une loi qui sabrerait la taille du conseil municipal de Toronto.

« Jamais une province canadienne n’avait utilisé la disposition de dérogation pour modifier la taille d’un conseil municipal en pleine campagne électorale. Au nom du caucus des maires des grandes villes de la FCM, j’appuie sans réserve les efforts de la Ville de Toronto pour protéger la démocratie locale.

« Les Canadiens se retrouvent maintenant dans un débat constitutionnel. Nous sommes encore loin d’avoir exploré toutes les possibilités offertes aux gouvernements de travailler ensemble dans le cadre constitutionnel. Les outils pour moderniser leur relation existent déjà.

« Il n’y a certainement rien d’inconstitutionnel à s’asseoir autour d'une même table afin de trouver des moyens de résoudre des problèmes, de financer les mandats des villes directement et de créer un forum où les gouvernements municipaux et leurs homologues, tant provinciaux que fédéraux, peuvent s’attaquer aux défis du pays ensemble, d'égaux à égaux. Il s’agit simplement que tous les ordres de gouvernement aient cette même volonté politique.

« Les maires sont des personnes pragmatiques. Les gouvernements municipaux ont l’habitude de concevoir des solutions locales qui règlent en même temps des défis nationaux, qu’ils soient liés, par exemple, à la productivité économique ou à la sécurité publique. Ce que souhaitent et s’attendent de plus en plus les canadiens est que nous travaillions ensemble à régler les enjeux émergents, comme juguler la crise des opioïdes, bâtir des économies innovantes et assurer l’établissement des nouveaux canadiens dans nos collectivités. 

« Il est temps que nous ayons une conversation sérieuse sur la collaboration moderne que nous devons établir entre tous les ordres de gouvernement pour améliorer la qualité de vie de nos concitoyens. Les maires du Canada n’en demandent pas mieux. »

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Caucus des maires des grandes villes

Outil : Échelle de maturité pour l’adaptation

Votre municipalité est-elle touchée par les effets des changements climatiques comme les inondations, la fonte du pergélisol, les températures extrêmes et la sécheresse? Travaillez-vous actuellement à contrer ces effets ou à trouver un moyen de le faire? Évaluez vos pratiques actuelles et effectuez le suivi de vos progrès au moyen de l'échelle de maturité pour l'adaptation aux changements climatiques de la FCM. 

Échelle de maturité pour l’adaptation

Téléchargez et remplissez l'échelle pour mesurer vos progrès dans l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan d'adaptation local ou l'intégration de la planification des risques liés aux changements climatiques dans vos plans municipaux et de gestion des actifs. 

L'échelle de maturité pour l'adaptation aux changements climatiques de la FCM est un outil d'évaluation qui vous aidera à :

  • évaluer la façon dont votre collectivité intègre l'adaptation aux changements climatiques dans les lignes directrices, la dotation en personnel et la gestion des risques de ses projets et de ses équipes;
  • déterminer les résultats pratiques à atteindre dans chaque secteur afin de faire passer votre municipalité au niveau suivant, peu importe votre point de départ;
  • déterminer rapidement les secteurs potentiels à améliorer dans les pratiques actuelles de votre municipalité en matière d'adaptation aux changements climatiques;
  • suivre un rythme qui convient aux besoins, à la taille et aux ressources de votre collectivité.

Cet outil est destiné aux collectivités et aux villes canadiennes de toutes les tailles qui cherchent à s'adapter aux changements climatiques, peu importe l'étape où elles sont rendues dans leur travail. Les municipalités qui reçoivent du financement du programme Municipalités pour l'innovation climatique pour un projet lié à l'adaptation aux changements climatiques devront mesurer leurs progrès au moyen de cette échelle et s'en servir pour faire un rapport.

Recevez notre guide

Voulez-vous recevoir cette ressource par courriel? Contactez-nous dès aujourd'hui. Dans votre demande, veuillez inclure le nom complet de la ressource.

Cet outil a été élaboré dans le cadre du programme Municipalités pour l'innovation climatique de la FCM et est financé par le gouvernement du Canada.

Outil : Échelle de maturité pour l’adaptation

Votre municipalité est-elle touchée par les effets des changements climatiques comme les inondations, la fonte du pergélisol, les températures extrêmes et la sécheresse? Travaillez-vous actuellement à contrer ces effets ou à trouver un moyen de le faire? Évaluez vos pratiques actuelles et effectuez le suivi de vos progrès au moyen de l'échelle de maturité pour l'adaptation aux changements climatiques de la FCM. 

Échelle de maturité pour l’adaptation

Téléchargez et remplissez l'échelle pour mesurer vos progrès dans l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan d'adaptation local ou l'intégration de la planification des risques liés aux changements climatiques dans vos plans municipaux et de gestion des actifs. 

L'échelle de maturité pour l'adaptation aux changements climatiques de la FCM est un outil d'évaluation qui vous aidera à :

  • évaluer la façon dont votre collectivité intègre l'adaptation aux changements climatiques dans les lignes directrices, la dotation en personnel et la gestion des risques de ses projets et de ses équipes;
  • déterminer les résultats pratiques à atteindre dans chaque secteur afin de faire passer votre municipalité au niveau suivant, peu importe votre point de départ;
  • déterminer rapidement les secteurs potentiels à améliorer dans les pratiques actuelles de votre municipalité en matière d'adaptation aux changements climatiques;
  • suivre un rythme qui convient aux besoins, à la taille et aux ressources de votre collectivité.

Cet outil est destiné aux collectivités et aux villes canadiennes de toutes les tailles qui cherchent à s'adapter aux changements climatiques, peu importe l'étape où elles sont rendues dans leur travail. Les municipalités qui reçoivent du financement du programme Municipalités pour l'innovation climatique pour un projet lié à l'adaptation aux changements climatiques devront mesurer leurs progrès au moyen de cette échelle et s'en servir pour faire un rapport.

Recevez notre guide

Voulez-vous recevoir cette ressource par courriel? Contactez-nous dès aujourd'hui. Dans votre demande, veuillez inclure le nom complet de la ressource.

Cet outil a été élaboré dans le cadre du programme Municipalités pour l'innovation climatique de la FCM et est financé par le gouvernement du Canada.

Étude de cas : Kingston amène plus de jeunes à prendre le transport collectif

Le projet de carte d'autobus pour les élèves du secondaire de la Société de transport de la Ville de Kingston est un gagnant ex aequo du Prix des collectivités durables 2018 de la FCM dans la catégorie Transports. L'initiative a également reçu le premier prix Inspiration de la FCM, décerné au projet ayant démontré le plus de créativité et d'innovation, et choisi par un vote en direct des délégués à la Conférence sur les collectivités durables de la FCM.

Regardez la vidéo et lisez l'étude de cas pour en apprendre davantage sur ce projet. Téléchargez notre guide ci-dessous et lancez un projet semblable dans votre collectivité.

Transcription

Comment une collectivité peut-elle encourager les adolescents à utiliser un moyen de transport actif et durable pour se rendre à l'école, au travail ou à un lieu de loisir? La Ville de Kingston, en Ontario, et les commissions scolaires locales se sont rendu compte que le fait de donner des cartes d'autobus aux élèves du secondaire n'était pas suffisant pour relever ce défi. La solution? Elles ont lancé un programme d'incitation au transport collectif qui a convaincu les élèves d'adopter l'autobus.

Un programme d'incitation entraînant 20 fois plus de trajets en autobus

La Ville et les commissions scolaires travaillent de concert pour offrir aux élèves du secondaire un programme d'incitation au transport collectif. Le programme leur permet de se familiariser avec le système de transport public, leur fait connaître les avantages environnementaux et les économies qui résultent du transport par autobus par rapport à la possession et à l'utilisation d'une voiture, et leur fait également voir la liberté que ce moyen de transport peut leur donner pour se rendre à l'école ou à un lieu d'activité.

Le résultat? Les élèves ont effectué près de 600 000 trajets en transport collectif entre septembre 2016 et août 2017 : une augmentation fulgurante par rapport aux 30 000 trajets de la première année du projet.

Le projet a donné plus de liberté aux jeunes pour se déplacer

Les élèves affirment que la carte d'autobus les aide à se sentir plus autonomes et les incite à sortir davantage pour faire du sport, travailler, faire du bénévolat, etc. Une étude du programme réalisée par l'Université de Waterloo a démontré que la moitié des trajets des élèves en autobus visaient des activités à l'extérieur de l'école et que la fréquence d'utilisation des autobus augmentait avec l'âge des jeunes et leur expérience du transport collectif. Les élèves ont d'ailleurs continué d'utiliser ce moyen de transport pour se déplacer à Kingston une fois leur diplôme obtenu.

L'étude a conclu que le programme d'incitation était important pour donner une liberté de déplacement aux élèves et qu'il pourrait être appliqué dans d'autres collectivités canadiennes de taille moyenne.

Des avantages environnementaux et économiques pour l'ensemble de la collectivité

Les élèves, leurs parents, la collectivité et l'environnement tirent tous profit de cette initiative. Les élèves acquièrent une compétence qui leur donne plus de liberté et les amène à faire plus d'activités physiques. N'ayant plus autant besoin de conduire leurs enfants, les parents épargnent ainsi temps et argent tout en réduisent l'impact environnemental de leurs véhicules. Le système de transport collectif, quant à lui, voit augmenter son nombre de passagers en dehors des heures de pointe, ce qui renforce les circuits d'autobus et profite à toute la collectivité.

Vous souhaitez développer un projet semblable dans votre collectivité?

Téléchargez notre guide de projets pour en apprendre davantage sur les stratégies gagnantes, et utilisez les questions du guide pour amorcer votre initiative de développement durable.  

Lire le guide

Les Prix des collectivités durables de la FCM reconnaissent et célèbrent les leaders et les pionniers du développement durable municipal de toutes les régions du Canada.

Étude de cas : Kingston amène plus de jeunes à prendre le transport collectif

Le projet de carte d'autobus pour les élèves du secondaire de la Société de transport de la Ville de Kingston est un gagnant ex aequo du Prix des collectivités durables 2018 de la FCM dans la catégorie Transports. L'initiative a également reçu le premier prix Inspiration de la FCM, décerné au projet ayant démontré le plus de créativité et d'innovation, et choisi par un vote en direct des délégués à la Conférence sur les collectivités durables de la FCM.

Regardez la vidéo et lisez l'étude de cas pour en apprendre davantage sur ce projet. Téléchargez notre guide ci-dessous et lancez un projet semblable dans votre collectivité.

Transcription

Comment une collectivité peut-elle encourager les adolescents à utiliser un moyen de transport actif et durable pour se rendre à l'école, au travail ou à un lieu de loisir? La Ville de Kingston, en Ontario, et les commissions scolaires locales se sont rendu compte que le fait de donner des cartes d'autobus aux élèves du secondaire n'était pas suffisant pour relever ce défi. La solution? Elles ont lancé un programme d'incitation au transport collectif qui a convaincu les élèves d'adopter l'autobus.

Un programme d'incitation entraînant 20 fois plus de trajets en autobus

La Ville et les commissions scolaires travaillent de concert pour offrir aux élèves du secondaire un programme d'incitation au transport collectif. Le programme leur permet de se familiariser avec le système de transport public, leur fait connaître les avantages environnementaux et les économies qui résultent du transport par autobus par rapport à la possession et à l'utilisation d'une voiture, et leur fait également voir la liberté que ce moyen de transport peut leur donner pour se rendre à l'école ou à un lieu d'activité.

Le résultat? Les élèves ont effectué près de 600 000 trajets en transport collectif entre septembre 2016 et août 2017 : une augmentation fulgurante par rapport aux 30 000 trajets de la première année du projet.

Le projet a donné plus de liberté aux jeunes pour se déplacer

Les élèves affirment que la carte d'autobus les aide à se sentir plus autonomes et les incite à sortir davantage pour faire du sport, travailler, faire du bénévolat, etc. Une étude du programme réalisée par l'Université de Waterloo a démontré que la moitié des trajets des élèves en autobus visaient des activités à l'extérieur de l'école et que la fréquence d'utilisation des autobus augmentait avec l'âge des jeunes et leur expérience du transport collectif. Les élèves ont d'ailleurs continué d'utiliser ce moyen de transport pour se déplacer à Kingston une fois leur diplôme obtenu.

L'étude a conclu que le programme d'incitation était important pour donner une liberté de déplacement aux élèves et qu'il pourrait être appliqué dans d'autres collectivités canadiennes de taille moyenne.

Des avantages environnementaux et économiques pour l'ensemble de la collectivité

Les élèves, leurs parents, la collectivité et l'environnement tirent tous profit de cette initiative. Les élèves acquièrent une compétence qui leur donne plus de liberté et les amène à faire plus d'activités physiques. N'ayant plus autant besoin de conduire leurs enfants, les parents épargnent ainsi temps et argent tout en réduisent l'impact environnemental de leurs véhicules. Le système de transport collectif, quant à lui, voit augmenter son nombre de passagers en dehors des heures de pointe, ce qui renforce les circuits d'autobus et profite à toute la collectivité.

Vous souhaitez développer un projet semblable dans votre collectivité?

Téléchargez notre guide de projets pour en apprendre davantage sur les stratégies gagnantes, et utilisez les questions du guide pour amorcer votre initiative de développement durable.  

Lire le guide

Les Prix des collectivités durables de la FCM reconnaissent et célèbrent les leaders et les pionniers du développement durable municipal de toutes les régions du Canada.

La série Rétrospectives

Dans la série d'études de cas du PMI-DEL, Looking Back, champions municipaux de la FCM qui ont fait du bénévolat à l'étranger expliquent comment leurs partenariats se sont créés et parlent de la croissance et de la viabilité à long terme qu'ils ont vues s'y produire. 

Suivez Roger MacIsaac (Amherst, N.-É.), Maurice Gallant (Fredericton, N.-É.), Marten Kruysse (anciennement du District de North Vancouver, C.-B.) et Nesen Naidoo (Drayton Valley, Alb.) qui iront visiter leurs amis et collègues outremer et voyez comment les résultats positifs des activités de ce programme continuent de croître, même lorsque les interventions sont terminées.  

Développement Économique Local Dans La Ville D'escalante Aux Philippines
La ville d'Amherst, Canada et la ville d'Escalante, Philippines 

Résultats et Amitiés Durables
Fredericton, N.-B., Canada et Ubon Ratchathani, Thaïlande

Un Retour à Soc Trang
District de Vancouver-Nord, C.-B. Canada et La ville de Soc Trang, Vietnam

De Retour À Matagalpa
Ville de Drayton Valley, Alberta et la municipalité de Matagalpa, au Nicaragua

La série Rétrospectives

Dans la série d'études de cas du PMI-DEL, Looking Back, champions municipaux de la FCM qui ont fait du bénévolat à l'étranger expliquent comment leurs partenariats se sont créés et parlent de la croissance et de la viabilité à long terme qu'ils ont vues s'y produire. 

Suivez Roger MacIsaac (Amherst, N.-É.), Maurice Gallant (Fredericton, N.-É.), Marten Kruysse (anciennement du District de North Vancouver, C.-B.) et Nesen Naidoo (Drayton Valley, Alb.) qui iront visiter leurs amis et collègues outremer et voyez comment les résultats positifs des activités de ce programme continuent de croître, même lorsque les interventions sont terminées.  

Développement Économique Local Dans La Ville D'escalante Aux Philippines
La ville d'Amherst, Canada et la ville d'Escalante, Philippines 

Résultats et Amitiés Durables
Fredericton, N.-B., Canada et Ubon Ratchathani, Thaïlande

Un Retour à Soc Trang
District de Vancouver-Nord, C.-B. Canada et La ville de Soc Trang, Vietnam

De Retour À Matagalpa
Ville de Drayton Valley, Alberta et la municipalité de Matagalpa, au Nicaragua

Les services internet haute vitesse à large bande : un outil essentiel pour les collectivités rurales et du Nord du Canada

Cette lettre ouverte a été publiée dans le Huffington Post Québec le 5 mai 2016

Par Raymond Louie, président, Fédération canadienne des municipalités 

Un sujet très important et longtemps négligé commence à s'imposer au Canada : comment s'assurer que de grandes parties de notre pays ne soient plus coupées d'un service essentiel qu'on tient pour acquis ailleurs, c'est-à-dire, l'accès à internet haute vitesse. Jusqu'ici, nombre de Canadiens de collectivités rurales, éloignées et nordiques ont dû se satisfaire de services en ligne médiocres et intermittents, alors que d'autres ont été carrément privés de services internet haute vitesse. Il faut savoir qu'au Canada, les normes sur les vitesses de téléversement et de téléchargement sont beaucoup plus basses que dans de nombreux pays industrialisés.

En 2016, la construction d'une superautoroute de l'information pancanadienne est aussi importante pour l'avenir de notre pays que la construction du chemin de fer transcontinental a pu l'être il y a 130 ans. Vraiment, il est devenu presque impossible de s'en passer. Mettez-vous à la place du propriétaire d'une petite entreprise privé de services internet haute vitesse qui essaie de se faire une place au soleil dans l'économie mondiale d'aujourd'hui. Ou du patient qui attend des résultats de tests médicaux cruciaux, mais qui ne les a pas encore reçus parce qu'ils ne sont pas accessibles en ligne. Ou encore du jeune homme ou de la jeune femme qui n'a pas accès aux cours en ligne qui lui permettrait d'améliorer ses compétences comme il ou elle le souhaite. 

En réalité, de nombreux Canadiens sont forcés de s'en passer. Selon un récent rapport du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), seulement une fraction des gens et des entreprises des collectivités rurales et éloignées ont accès aux vitesses de téléversement et de téléchargement qu'on trouve à peu près partout dans nos centres urbains. Par exemple, au Canada, près de 100 % de la population urbaine a accès à des vitesses de téléchargement de 16 à 25 mégaoctets (Mb/s), comparativement à seulement 29 % de la population rurale. C'est tout un écart — et il faut y mettre fin.

Non seulement un grand nombre de nos concitoyens sont coupés de services essentiels, mais ils sont ainsi empêchés de participer pleinement à la société canadienne et d'apporter des idées et des innovations comme celles qui ont fait la prospérité de notre grand pays. Les régions rurales comptent 30 % de la population canadienne et représentent le tiers de notre production économique. Il est grand temps de faire passer les services internet en haute vitesse dans les collectivités rurales et nordiques du pays.

Heureusement, les choses progressent, et plutôt que de se demander si l'accès à une couverture à large bande est un service essentiel, on se demande maintenant comment travailler ensemble au Canada pour qu'elle soit étendue à tous.

Le président du CRTC, Jean-Pierre Blais, a parlé récemment de l'importance de se doter d'une stratégie cohérente pour le déploiement des services internet à l'échelle nationale au Canada. En tant que leaders municipaux, nous sommes entièrement d'accord avec lui, et avec tous ceux qui soutiennent qu'il faut un effort collectif de tous les milieux — CRTC, gouvernements, secteur privé - pour y arriver. 

Le CRTC tient des audiences actuellement afin d'améliorer sa compréhension de la connectivité à large bande dans l'ensemble du Canada. La FCM a comparu devant le CRTC le 15 avril afin de défendre le principe que l'accès aux services haute vitesse à large bande doit faire partie des services essentiels. Cela veut donc dire qu'il faut établir des mécanismes de financement pour assurer un accès universel dans des régions non desservies par des investissements privés ou des programmes de financement ciblés du gouvernement. 

Toutefois, reconnaître que les services haute vitesse à large bande sont un service essentiel n'est qu'une partie de la solution. Le CRTC doit également faire en sorte que le système s'adapte aux changements technologiques constants en révisant régulièrement les cibles de vitesse des services à large bande du Canada. Autrement, nous courons le risque de planifier le meilleur réseau qui soit, avec les normes de vitesse les plus actuelles, pour nous rendre compte demain que ce système ne répond déjà plus aux besoins des Canadiens.

Le Canada doit aussi s'assurer que notre réseau national est équipé de connexions d'appoint dans les régions où les pannes de services internet peuvent durer des jours et même des semaines. Dans les régions éloignées, par exemple, réparer un simple câble peut être long et compliqué, tandis que dans le Nord, rien n'est prévu pour prendre le relais lorsque les services par satellite font défaut. 

Assurer à tous l'accès à des services haute vitesse exigera des investissements publics et privés considérables. Nous devrons donc tous travailler ensemble pour bâtir ce réseau. La FCM s'est réjouie que le gouvernement fédéral ait prévu 500 millions de dollars supplémentaires sur cinq ans dans son récent budget afin d'élargir les services à large bande aux collectivités rurales et éloignées. Ces investissements pourraient beaucoup changer la vie des Canadiens des régions mal desservies, et devraient entrer dans les considérations du CRTC lorsque celui-ci explorera des moyens de financer la mise en œuvre d'un accès universel aux services à large bande.

Les Canadiens ont toujours été prêts à travailler ensemble pour que tous profitent de la qualité de vie que nous attendons et qui nous revient de droit. Aujourd'hui, la tâche consiste à rallier les gouvernements, les entreprises et les consommateurs afin de s'assurer que, peu importe où nous vivons, une économie solide et des municipalités branchées et dynamiques sont toujours à notre portée, au moyen d'un simple clic de souris.

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Internet à large bande
Collectivités rurales

Décision du CRTC sur les services à large bande : une grande victoire pour les collectivités rurales et nordiques

Le président de la FCM, Clark Somerville, a fait la déclaration suivante après que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) ait rendu publique sa décision aujourd'hui dans la foulée de l'Examen des services de télécommunications de base.

Les services Internet à large bande sont aujourd'hui d'une importance fondamentale pour les activités quotidiennes et commerciales. Le CRTC a reconnu ce fait aujourd'hui dans sa décision en adoptant un «  objectif de service universel » rendant obligatoire l'accès universel à des services Internet à large bande fiables au moyen de réseaux sans fil mobiles et fixes dans les collectivités de toutes tailles.

Le CRTC a lancé un examen complet des services de télécommunications de base en avril 2015. Dans le mémoire final qu'elle a soumis dans le cadre de ce processus, la FCM a mis en garde contre les énormes conséquences du «  fossé numérique  » pour de nombreuses collectivités nordiques et rurales. Certaines doivent composer avec une largeur de bande et une capacité de réseau bien inférieures aux besoins des utilisateurs. Certaines autres en sont complètement privées.

La décision d'aujourd'hui pourrait venir transformer les collectivités nordiques et rurales. La généralisation de l'accès aux services à large bande améliorera la qualité de vie, freinera la migration des jeunes vers les grands centres et soutiendra la croissance économique de ces collectivités en stimulant la productivité, en appuyant l'innovation et en améliorant l'accès aux marchés. Le CRTC répond également à une demande de la FCM en adoptant une cible universelle de vitesse d'au moins 50 Mbps pour les téléchargements et d'au moins 10 Mbps pour les téléversements, le tout appuyé par un nouveau mécanisme de financement à long terme.

Cette décision survient moins d'une semaine après le lancement, par le gouvernement fédéral, de son programme Brancher pour innover. D'abord annoncé dans le budget 2016, ce programme de 500 millions de dollars échelonné sur cinq ans accélérera la mise à niveau des services à large bande dans les régions rurales qui nécessitent des investissements importants. Ce plan abonde dans le sens de nombreuses recommandations de la FCM, et nous poursuivrons notre collaboration avec nos partenaires fédéraux afin d'en confirmer les détails.

Cependant, même avec ces mesures de soutien, nombre de collectivités éloignées et nordiques ne pourront pas combler le fossé numérique à l'aide des seules forces du marché. La FCM analysera le nouveau mécanisme de financement du CRTC pour s'assurer qu'il agit en complémentarité du fonds du programme Brancher pour innover afin de soutenir de façon optimale les collectivités qui en ont besoin. La prochaine étape consistera à élaborer un plan global et de longue durée, assorti d'un échéancier, afin de faire de l'accès universel à des services à large bande une réalité pour tous les Canadiens. La FCM est impatiente de participer avec tous les ordres de gouvernement à la réalisation de cet objectif.

La Fédération canadienne des municipalités est la voix nationale des gouvernements municipaux ; elle compte 2 000 membres et représente 90 % de la population du Canada.


Renseignements : Michael FitzPatrick, Relations avec les médias : mfitzpatrick@fcm.ca ou 613 907-6346

Pour plus de renseignements :

Relations avec les médias, FCM,

613-907-6395
Internet à large bande
Collectivités nordiques et éloignées
Collectivités rurales

Parchemin d'honneur

La FCM honore des personnes qui font une réelle différence dans la gouvernance locale. Ainsi, le Parchemin d'honneur de la FCM rend hommage à des dirigeants de la FCM et à des responsables de municipalités et d'associations municipales membres ayant servi de manière exceptionnelle la FCM et les gouvernements municipaux du Canada. Vous pouvez consulter les critères d'admissibilité du Parchemin d'honneur ici.

Pam McConnell

Lauréate 2018 — Pam McConnell

Mme McConnell a siégé au conseil du Toronto métropolitain de 1994 à 1998 et au conseil municipal de la Ville de Toronto de 1998 à son décès, en 2017. Ardente défenseure des logements à prix abordable et de la réduction de la pauvreté, elle a travaillé avec une énergie débordante et une sagesse exemplaire à Toronto, partout au Canada et sur la scène internationale. Reconnue au sein de la FCM pour son leadership en faveur de la participation des femmes dans les gouvernements municipaux au Canada et partout dans le monde, Mme McConnell a ouvert la voie à des dirigeantes municipales et a permis de briser plus rapidement le plafond de verre qui leur a longtemps fait obstacle.

Parmi ses réalisations majeures à la FCM, elle a été membre fondatrice du Comité permanent visant à accroître la participation des femmes dans les gouvernements municipaux. Les efforts qu'elle y a déployés ont permis l'élaboration d'un plan d'action visant à encourager et soutenir les femmes voulant se lancer en politique municipale et la création de ressources documentaires et de programmes utiles partout au pays.

Lauréats précédents

2017

  • Hazel McCallion — Ancienne mairesse, Mississauga (Ont.)
  • Brad Woodside — Ancient maire, Fredericton (N.-B.); ancient président de la FCM
  • Russ Powers — Ancient conseilier, Dundas (Ont.) et Hamilton (Ont.); ancient président AMO; ancient directeur de la FCM
  • Debra Button — Ancienne conseillière et ancienne mairesse, Weyburn (Sask.); ancienne présidente, Saskatchewan Urban Municipalities Association; ancienne directrice de la FCM
  • Joanne Monaghan — Ancienne conseillière et ancienne mairesse, Kitimat (C.-B.); ancienne présidente, Union of BC Municipalities; ancienne présidente de la FCM

2016

  • Lise Burcher — Ancienne conseillère, Guelph (Ont.); ancienne directrice de la FCM
  • Don Forfar — Ancient maire, St. Andrews (Man.); ancient directeur de la FCM

2015

  • Karen Leibovici — Ancienne présidente de la FCM, ancienne conseillère d'Edmonton
  • Doug Reycraft — Ancien membre du conseil de la FCM, ancien président d'AMO
  • Basil Stewart — Ancien président de la FCM, ancien maire de Summerside

2014

  • Colette Roy-Laroche — Ancienne mairesse de Lac-Mégantic
  • Graham Letto — Ancien maire et ancien conseiller, Labrador City

2013

  • Yvette Hayden (Gonzalez) — Ancienne directrice générale de la Northwest Territories Association of Communities
  • Gordon Van Tighem — Ancien directeur de la FCM, ancien maire de Yellowknife, ancien président de la Northwest Territories Association of Communities
  • Caucus des maires des grandes villes — David Miller, ancien maire de Toronto, Dave Bronconnier, ancien maire de Calgary, Sénateur Larry Campbell, ancien maire de Vancouver, Ann-Marie DeCicco-Best, ancienne mairesse de London, Pat Fiacco, ancien maire de Regina et ancien président du Caucus des maires des grandes villes (CMGV) de la FCM

2012

  • Jim Green — Ancien membre du conseil de la FCM, ancien conseiller de Vancouver
  • Gord Steeves — Ancien président de la FCM, ancien conseiller de Winnipeg
  • Michael Phair — Ancien membre du conseil de la FCM, ancien conseiller d'Edmonton
  • Mel Kositsky — Ancien membre du conseil de la FCM, ancien conseiller de Langley
  • Michael Power — Ancien membre du conseil de la FCM, ancien président de l'AMO, Geraldton
  • James W. Knight — Ancien chef de la direction de la FCM
Ce que nous faisons
Explorez ces domaines clés pour découvrir comment nous vous aidons à bâtir des collectivités plus fortes et à renforcer ainsi le Canada.
Livres de bibliothèque.
Ressources

Notre collection de ressources regroupe des rapports, des trousses, des recommandations et d’autres documents conçus pour vous aider à relever les défis dans votre collectivité.

Pot plein d'argent.
Occasions de financement

Nous avons le type de financement qu’il vous faut pour la réalisation de vos plans, études, projets pilotes, projets d’immobilisations, et bien plus.

Éclats de couleurs représentant une gamme de domaines d’émission.
Domaines prioritaires

Découvrez comment nous unissons nos efforts à ceux des gouvernements municipaux de toutes les tailles afin de résoudre des défis nationaux et mondiaux.

decoratif
Programmes

Nous aidons à stimuler le développement durable et à améliorer la qualité de vie des gens partout au Canada et dans le monde.

Les municipalités canadiennes bénéficient du travail de la FCM

La FCM travaille au nom de ses plus de 2 000 municipalités membres pour façonner l’ordre du jour national et fournir des outils qui permettent aux gouvernements municipaux d’exceller. Ensemble, nous bâtissons des collectivités plus fortes.

2019 Fédération canadienne des municipalités