L’équipe municipale à côté d’une boîte de dons avec des sacs de vêtements à donner.
DURÉE DU PROJET : 2015 à 2018

Grâce à l’esprit innovateur de la Ville de Markham (Ont.), les résidents peuvent maintenant faire don de vieux vêtements et d'autres textiles dans le cadre d'un programme qui crée des emplois, soutient les organismes de bienfaisance locaux, et réachemine des centaines de milliers de kilogrammes de textiles destinés aux sites d'enfouissement.

 

Le programme de réutilisation et de recyclage des textiles et des vêtements de Markham est un exemple d'initiative durable et transformatrice qui s'attaque à la fois à la consommation et aux changements climatiques. Ce programme, désormais permanent, a vu le jour en 2015 par la mise en œuvre d’un projet pilote de recyclage des textiles.

Au Canada, 85 % des textiles sont jetés sans être réutilisés ou recyclés. Même si les gouvernements municipaux font des progrès dans le réacheminement d'autres types de déchets destinés aux sites d'enfouissement, les préoccupations entourant la sécurité et la propreté des conteneurs de dons de textiles ont tenu les municipalités à l'écart des activités de recyclage des textiles. Toutefois, la Ville de Markham, chef de file au Canada en matière de réacheminement des déchets résidentiels, était prête à s’attaquer à la situation.

Carte de ontario avec markham

 

La Ville a lancé son projet pilote de recyclage des textiles en collaboration avec des organismes de bienfaisance locaux établis, tels que l'Armée du Salut, en modifiant sa réglementation sur les permis afin de n'autoriser que les organismes de bienfaisance enregistrés à participer au programme.

Les consultations avec les résidents ont permis d'obtenir des informations précieuses pour concevoir l'approche la plus appropriée et la plus rentable.

Pour collecter les textiles usagés, la Ville a construit des bacs intelligents à l’allure de jolis cabanons et les a placés près de bâtiments municipaux. Chaque bac est équipé de panneaux solaires qui permettent un accès éclairé et sécuritaire la nuit, et d'un capteur qui indique quand le bac est rempli aux trois quarts et prêt à être ramassé.

Le projet pilote comprenait une vaste campagne de sensibilisation de la population sur les avantages du réacheminement des vêtements et d’autres textiles des sites d'enfouissement. Le projet a suscité rapidement un grand intérêt. La Ville a rapidement obtenu de nouveaux partenaires, augmentant considérablement sa capacité de collecte. La Ville avait initialement prévu de faire l’essai de deux bacs, mais vers la fin d’avril 2017, plus de 80 bacs de dons avaient été installés aux casernes de pompiers, centres communautaires, arénas, centres commerciaux et immeubles à logements (il en existe plus de 150 aujourd'hui). Pendant la durée du projet pilote, la Ville et ses partenaires ont amassé environ 1 360 tonnes de textiles, soit 12 fois l'objectif initial de 113,4 tonnes.

Résultats

28 000 tonnes

de GES évitées

95,2 millions

de litres d’eau conservés

761 tonnes

de produits chimiques évités 

Les textiles valorisés pendant le projet pilote ont évité la production de 28 000 tonnes de gaz à effet de serre (GES), la consommation de 95,2 millions de litres d’eau ainsi que de 761 tonnes de produits chimiques, comparativement à des tissus « vierges ».

Le projet est maintenant un programme permanent populaire qui soutient activement l'emploi local et des organismes de bienfaisance. Par exemple, l’Armée du salut a engagé deux employés à temps plein et deux autres à temps partiel et a aussi affecté un camion en permanence à la collecte des textiles. Sans frais pour la Ville, les organismes de bienfaisance partenaires de Markham revendent ou recyclent tous les dons de textiles et recueillent des données sur les quantités de déchets ainsi réacheminés. En retour, les partenaires utilisent les recettes pour soutenir leurs propres programmes.

Notre famille utilise régulièrement les bacs de recyclage des textiles de Markham. Comme nous avons des enfants en pleine croissance et beaucoup de vêtements usagés, nous ne manquons pas de vêtements qui sont trop usés pour vivre une "troisième vie".  C'est bien de savoir que les textiles ne sont plus envoyés dans les sites d'enfouissement et qu'ils sont réutilisés à des fins industrielles ou recyclés en nouveaux produits. »

—Ernesta R., résidente de Markham

© 2021 Federation of Canadian Municipalities