14 février 2022

Construction d'un réseau de chauffage par la valorisation des rejets de vapeurs de l'incinérateur de Québec

Municipalité principale : Ville de Québec
Demandeur principal : Ville de Québec
Secteur : Énergie
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 11 500 000 $
Prêt : 10 000 000$
Subvention : 1 500 000 $

La Ville de Québec, conjointement avec le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Québec-Université Laval, construit une centrale de trigénération sur le site de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, ainsi qu’un réseau de distribution de vapeur pour alimenter cette centrale à partir de la vapeur produite par l’incinérateur de la Ville. Ce projet permettra de combler la majorité des besoins en vapeur, en chaleur et en refroidissement de l’hôpital, ainsi qu’une partie de ses besoins en électricité.

Ce projet engendrera une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) produits par la nouvelle centrale énergétique, contribuera à l’amélioration de la qualité de l’air, générera une économie d’eau potable à l’incinérateur et des économies sur la facture énergétique de l’hôpital.

Aspect innovateur :

Le projet proposé démontre une utilisation de connaissances transformatrices, de pratiques et technologies nouvelles et avancées, et pourrait établir une nouvelle norme ou relever la barre pour plusieurs collectivités ou le secteur municipal.

Réplicabilité :

En établissant un partenariat avec une ou plusieurs organisations du secteur privé, universitaires, et gouvernementales, les résultats escomptés et les leçons apprises qui résulteront de l'initiative pourraient être appliqués dans un éventail de municipalités canadiennes.

Avantages environnementaux :

  • Réduction de 52 pour cent en consommation de combustibles fossiles et d’électricité du réseau
  • Réduction de 94 pour cent des GES comparé à un scénario de base.
  • Réduction de 60,000 m3/an en consommation d’eau potable à l’incinérateur.
  • Réduction de produits chimiques comme les acides, le caustique et le CO2 de l’ordre de 10 pour cent par rapport aux quantités de référence, soit une économie de projetée de 28 449 kg, 44 940 kg et 3 028 kg respectivement.

Avantages financiers :

  • Le projet proposé est susceptible de générer des revenus pour la Ville et le CHU d'un montant de 2 millions de dollars.
  • L'analyse de la valeur actuelle nette sur une période moyenne de 20 ans démontre que le projet est rentable et apportera des flux monétaires positifs pour la Ville de Québec.
  • Le retour sur investissement est d'environ 15,9 pour cent.

Avantages pour la collectivité :

  • Les avantages pour la communauté se retrouvent principalement dans les économies dues à une meilleure gestion de l'énergie.
  • Il existe d'importants avantages liés au projet, tels que la stimulation de l'économie locale, l'attraction d'entreprises, le soutien aux produits et technologies propres, les opportunités d'engagement et de revitalisation de la communauté, l'éducation, la fierté civique et la sensibilisation du public.

(Description du projet extraite de la demande de financement initiale)


Augmentation de la capacité des étangs aérés

Municipalité principale : Ville de Rivière-du-Loup
Demandeur principal : Ville de Rivière-du-Loup
Secteur : Eau
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 400 000 $

La Ville de Rivière-du-Loup regroupe 20 050 habitants, dont environ 13 800 (6009 résidences) sont desservis par les infrastructures municipales d'épuration des eaux de même qu'une grande quantité de commerces et d’industries. La Ville a adopté la première politique de gestion de l'eau au Québec en 2005 et effectué de nombreux travaux reliés au retrait des eaux pluviales, dont la déconnection des drains de toitures, la séparation des réseaux combinés selon les plans d'intervention, l’ajout de compteurs d’eau et des campagnes de sensibilisation. Cependant, depuis quelques années, les dépassements de rejets par rapport à certaines exigences environnementales se répètent de plus en plus souvent et, aujourd'hui, il devient nécessaire de mettre les installations à jour pour qu'elles répondent adéquatement aux besoins de la communauté et aux exigences environnementales. Le projet pilote proposé consiste à augmenter la capacité de la station d'épuration de la Ville de Rivière-du-Loup par la transformation de l'étang 1A en étang « complètement mélangé » et par la mise en place d'une décantation à flocs lestés (ACTIFLO) à la sortie des étangs. Cette combinaison de techniques et de technologie n'est présentement appliquée nulle part ailleurs au Québec dans un système d'assainissement des eaux usées.


Réemploi+, une solution collaborative par le réemploi des matières résiduelles au Lac-Saint-Jean

Municipalité principale : Régie de gestion des Matières Résiduelles du Lac Saint-Jean
Demandeur principal : Réemploi+
Secteur : Matières Résiduelles
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 400 000 $

Réemploi+ propose un projet pilote visant à explorer une solution environnementale par le réemploi des matières résiduelles, dans un écosystème d'économie circulaire, pour la région du Lac-Saint-Jean. Cette expérimentation vise à instaurer des opérations systématiques et organisées de réemploi dans les écocentres, à développer l'électrification des transports des matières résiduelles tout en optimisant leurs déplacements au Lac-Saint-Jean. L’énergie fossile qui est utilisée pour réaliser les opérations de traitement, de conditionnement et de transport des matières résiduelles dans l’ensemble des huit écocentres du Lac-Saint-Jean produit beaucoup de gaz à effet de serre (GES). Annuellement, ce sont plus de 2000 heures en déplacement de véhicules lourds qui poussent et chargent les matières dans des conteneurs, planchers mobiles et autres, 3342 transports et plus de 250 heures de broyage. Ce projet pilote prévoit diminuer considérablement les émissions de GES et de détourner annuellement plus de 5000 tonnes métriques de matières résiduelles provenant des écocentres de la Régie des matières résiduelles (RMR).


Réseau de chauffage à la biomasse

Municipalité principale : Municipalité de Sainte-Hedwidge
Demandeur principal : Municipalité de Sainte-Hedwidge
Secteur : Énergie
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 240 200 $
Prêt : 208 900$
Subvention : 31 300 $

La Municipalité de Sainte-Hedwidge fait partie de la Municipalité régionale de comté du Domaine-du-Roy, située dans la région administrative de Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le projet consiste à unifier les réseaux de chauffage de trois bâtiments (l’hôtel de ville, l'église et presbytère, et le garage municipal/caserne de pompiers) et à créer un nouveau réseau de chauffage centralisé à la biomasse. Le système proposé est composé d’un réservoir de biomasse (granules), de trois chaudières à la biomasse et de deux réservoirs tampons. Les chaudières à la biomasse sont dimensionnées pour fournir 100 % des besoins en chauffage et ont un ratio de modulation de 3:1 chacune, ce qui permettra d’utiliser le système à la biomasse même à faible charge. Les équipements au mazout seront tout de même conservés dans le cas où le système de chauffage à la biomasse présenterait un dysfonctionnement.


Étude de faisabilité pour la mise en place d’une boucle énergétique - Ville de Candiac

Municipalité principale : Ville de Candiac
Demandeur principal : Ville de Candiac
Secteur : Énergie
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 54 750 $

La Ville de Candiac entreprendra une étude de faisabilité afin d’évaluer la mise en œuvre d’une boucle de récupération d’énergie pour la distribution du chauffage et de la climatisation entre des bâtiments émetteurs et récepteurs (bâtiments industriels d’une part, bâtiments municipaux et résidentiels d’autre part). Le projet est prévu dans le quartier central de Montcalm (700 000 m2) dont l’aspect sera entièrement transformé au cours des prochaines années par la construction de nouveaux immeubles communautaires et l’aménagement de nouvelles zones résidentielles.


Valorisation des résidus encombrants et CRD à Drummondville

Municipalité principale : Ville de Drummondville
Demandeur principal : Ville de Drummondville
Secteur : Matières Résiduelles
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 36 160 $

Située entre Québec et Montréal, la MRC de Drummond compte plus de 107 000 habitants, et sa ville principale est Drummondville. Dans son Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR), la MRC a prévu plusieurs actions en vue de réduire l’enfouissement des rebuts encombrants et des résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD). Le projet pilote sera mené à Drummondville en partenariat avec la MRC de Drummond. Il comprend deux volets : le premier vise la valorisation des résidus encombrants et CRD du secteur résidentiel ; le deuxième vise la valorisation des résidus CRD du secteur des entreprises privées.


Aménagements de gestion durable de l'eau de pluie dans le secteur Blais à Amqui

Municipalité principale : Ville d’Amqui
Demandeur principal : Ville d’Amqui
Secteur : Eau
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 29 900 $

La Ville d’Amqui est située le long de cours d’eau d’importance : le lac Matapédia qui donne naissance à la rivière Matapédia, puis la rivière Humqui qui se jette dans la rivière Matapédia en plein cœur de la ville. La Ville s’alimente en eau potable directement dans la rivière Matapédia, et ce, sans avoir besoin d’une usine de traitement. La qualité de l’eau et de l’écosystème aquatique est donc un enjeu majeur de santé publique ainsi qu’un enjeu économique, touristique, patrimonial et culturel. Le but de l'initiative est de mettre en place, dans le cadre d'un projet pilote, des aménagements de gestion durable de l'eau de pluie dans le secteur Blais. Cela consiste en l’installation de puisards et de regards, de bandes filtrantes, d'aires de biorétention, d'engazonnement et de jardins de pluie. L’objectif est d’atteindre la réduction d'au moins 80 % des matières en suspension et de 80 % du volume d'eau de ruissellement dans le quartier. Il est aussi souhaitable de diminuer les polluants qui se rendent à la rivière et d’augmenter les connaissances des travailleurs municipaux, des élus et des citoyens en ce qui a trait à la gestion durable des eaux de pluie.


Mobilité durable, véhicules électriques et autopartage en Outaouais

Municipalité principale : Municipalité de Chelsea
Demandeur principal : Conseil régional de l'environnement et du développement durable de l'Outaouais (CREDDO)
Secteur : Transport
Financement approuvé du Fonds municipal vert : 23 750 $

Avec pour mission de « Rallier les forces vives en Outaouais autour d’une action concertée pour des solutions en réponse aux enjeux environnementaux », le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) souhaite proposer des solutions de mobilité durable dans les cœurs villageois des municipalités de Chelsea, Cantley, La Pêche et Val-des-Monts, en Outaouais.  Le présent projet propose de réaliser une étude de faisabilité afin d’identifier les facteurs facilitants, les obstacles et l’intérêt des citoyens et des organisations de quatre municipalités de la MRC des Collines-de-l'Outaouais à adopter des modes de mobilité durables, dont l’autopartage de voitures électriques et hybrides.

Fonds municipal vert
Énergie
Environnement
Infrastructures
Collectivités rurales
Développement durable
Matières résiduelles / Déchets
Eau
© 2022 Fédération canadienne des municipalités