Depuis le début de la campagne électorale, nous avons entendu les partis fédéraux parler de création d’emplois, de croissance économique, d’environnement et d’accès à Internet haute vitesse. Tous ces enjeux sont locaux : ils passent par nos municipalités, là où les gens vivent, travaillent, et démarrent des entreprises. C’est donc dire que c’est dans nos collectivités que nous pourrons relever les grands défis nationaux.

Les municipalités rurales, où vivent 10 millions de Canadiens, peuvent jouer un rôle essentiel de la relance. Leurs industries comptent pour près du tiers du PIB du Canada. Leur apport économique et social est indéniable.

Qu’on se le dise : une relance forte doit être ancrée dans les collectivités de toutes tailles. En tant que gouvernements de proximité, nous mettons de l’avant des solutions locales qui s’attaquent aussi aux grands enjeux nationaux : création d’emplois, changements climatiques, crise du logement. Nous sommes des partenaires incontournables de la relance et du prochain gouvernement.

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) a proposé une série de recommandations aux partis fédéraux pour un avenir meilleur et plus inclusif. Pour y arriver, il faut obligatoirement combler le fossé numérique qui perdure depuis trop longtemps. La pandémie nous a ouvert les yeux sur l’importance d’Internet haute vitesse pour notre économie et dans nos vies. Or, plusieurs personnes en région n’ont pas pu s’y tourner pour travailler ou étudier à distance et rester en contact avec leurs proches, parce qu’ils n’ont pas accès à des services haute vitesse fiables.

Comment alors est-ce que nos petites entreprises peuvent survivre sans vendre leurs produits en ligne ? Ou comment nos agriculteurs peuvent-ils obtenir des données en temps réel sur leur production ? Il est grand temps de remédier à la situation afin que nos collectivités rurales puissent développer leur plein potentiel.

Les municipalités rurales comme la mienne connaissent les besoins du terrain et savent ce qui fonctionne pour résoudre des problèmes qui nécessitent une approche différente, notamment en création d’emplois.  

Doubler le Fonds de développement des collectivités du Canada, qui est d’ailleurs l’un des meilleurs outils dont disposent les élus municipaux pour créer des emplois, peut renouveler les infrastructures essentielles de nos municipalités comme les routes, les centres communautaires et sportifs ou les espaces verts publics. Avec ces investissements, nous soutiendrons la relance tout en répondant aux besoins de notre communauté. C’est une formule gagnante.

Ce n’est pas un secret : les municipalités subissent de plein fouet les conditions climatiques extrêmes. Malgré leurs ressources limitées, les collectivités rurales mettent tout en œuvre pour assurer la sécurité de leur population. Il va sans dire qu’il faut plus d’outils pour faire face au nombre grandissant d’inondations, de vagues de chaleur et de feux de forêt.

Les besoins sont aussi criants en matière de transports collectifs et de mobilité. La disparition des services d’autobus intercommunautaires représente une perte terrible pour de nombreuses collectivités rurales et pour l’économie canadienne.

Nous avons tiré bien des leçons de la pandémie, sur les inégalités dans notre société, mais aussi sur tout ce que nous pouvons accomplir en travaillant ensemble. C’est pourquoi les élus ruraux sont déterminés à travailler avec tous les partis fédéraux pour s’assurer d’être parties prenantes de la relance.

Scott Pearce est le maire du canton de Gore (Québec), et le 2e vice-président de la Fédération canadienne des municipalités (FCM). La FCM est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte plus de 2000 membres représentant 90 % de la population canadienne.

© 2021 Federation of Canadian Municipalities